Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Concertation sur les pilules de 3e et 4e générations

Reuters02/01/2013 à 21:42

CONCERTATION LANCÉE POUR LIMITER LA PRESCRIPTION DES PILULES DE 3E ET 4E GÉNÉRATIONS

PARIS (Reuters) - L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a lancé mercredi une concertation afin de limiter la prescription des pilules contraceptives de troisième et quatrième génération, qui présentent des risques sanitaires.

Cette concertation intervient après le dépôt mi-décembre d'une première plainte en France par une jeune femme imputant son handicap à la prise d'une pilule de troisième génération, que prennent près de 2,5 millions de femmes en France.

Elle devrait se traduire "très prochainement" par une réunion entre prescripteurs et représentants de l'Agence avec pour objectif de "renforcer le bon usage de ces pilules", aujourd'hui "trop prescrites", explique-t-on.

Alors que le risque artériel (accident vasculaire cérébral) est identique avec toutes les pilules, le risque veineux (embolie ou phlébite), bien que "rare", est deux fois plus élevé chez les femmes qui prennent ce type de pilule, selon une revue de littérature de l'Agence européenne du médicament.

L'ANSM recommandait ainsi en octobre dernier de ne prescrire les pilules de troisième et quatrième générations qu'en deuxième intention, notamment aux femmes tolérant mal les autres pilules.

Pourtant, près de 2,5 millions de femmes -soit 50% de celles sous pilule contraceptive- prennent une pilule de troisième génération.

Le ministère des Affaires sociales et de la Santé, qui avait décidé en septembre dernier son déremboursement définitif le 30 septembre 2013, a annoncé mercredi que cette échéance était avancée au 31 mars prochain.

Le directeur de l'ANSM suggère désormais que la prescription des pilules de troisième et quatrième générations soit restreinte aux seuls spécialistes. Gynécologues, médecins généralistes, sages-femmes et infirmières peuvent pour l'instant les prescrire ou renouveler leurs ordonnances.

La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a salué cette idée.

"FAIRE 200 KILOMÈTRES POUR VOIR UN SPÉCIALISTE"

"La proposition qui est faite aujourd'hui, c'est de limiter le nombre de prescripteurs potentiels de ces pilules de troisième et quatrième générations qui, au fond, doivent toujours venir comme des supplétifs par rapport aux pilules de première et seconde générations", a-t-elle déclaré sur France 2.

Mais la nouvelle piste envisagée par l'ANSM ne convainc pas tous les spécialistes.

"Ce serait plus logique de dire que les gynécologues vont former correctement les généralistes, pour que tous les médecins puissent prescrire, pour que les femmes n'aient pas besoin de faire 200 kilomètres pour voir un spécialiste", a estimé sur BFM TV le gynécologue Israel Nisand.

"Il s'agit en fait de baisser le choix des femmes en matière de contraception et je trouve cela très dommageable", a-t-il ajouté.

Une mesure visant à "favoriser le bon usage de ces pilules" devrait être arrêtée dans le courant de la semaine prochaine, indique-t-on à l'ANSM.

Outre la plainte de décembre, la première du genre en France, une trentaine d'autres plaintes mettant en cause les pilules de troisième et quatrième générations vont bientôt être déposées, a indiqué l'avocat des victimes.

Pour Me Philippe Courtois, la proposition de l'Agence du médicament de limiter le nombre de prescripteurs est "l'aveu qu'il y a un problème avec ces pilules-là".

Il demande au gouvernement d'aller plus loin, et de favoriser leur retrait du marché.

Mais il n'y aura pas de suspension des pilules de troisième et quatrième générations, assure-t-on à ANSM, où l'on souligne qu'elles présentent un bénéfice pour certaines femmes.

Chine Labbé, édité par Sophie Louet


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.