Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Compte-à-rebours à l'UMP pour éviter l'implosion

Reuters29/11/2012 à 16:27

COMPTE-À-REBOURS À L'UMP POUR ÉVITER L'IMPLOSION

par Sophie Louet

PARIS (Reuters) - Elus et cadres de l'UMP se mobilisent pour tenter de mettre fin à la partie de "roulette russe" entre François Fillon et Jean-François Copé et ressouder le principal parti d'opposition dont la crise paraît profiter au Front national.

Le président proclamé de l'UMP, qui estime avoir épuisé ses tentatives de conciliation face aux "coups de bluff" de l'adversaire, affirme qu'il se retranchera désormais derrière son "job de premier opposant" au gouvernement socialiste.

L'ex-Premier ministre reste de son côté inflexible sur la création d'un groupe parlementaire "transitoire", seul moyen de pression à ses yeux pour obtenir un nouveau vote après l'élection contestée du 18 novembre.

François Fillon a renouvelé jeudi dans un communiqué sa demande d'un groupe de travail "établissant les conditions d'une nouvelle consultation des adhérents".

Le député de Paris, qui ne parle plus de référendum en préalable, dit s'inscrire dans la démarche des "139 députés et (de) la quasi-totalité des sénateurs du groupe UMP" qui appellent à un nouveau vote pour départager les deux rivaux.

Les entourages restent en contact, mais impossible de prédire qui fera le premier pas.

"Le processus qui peut conduire au règlement de la crise, il est sur la table (...): que Jean-François Copé accepte une commission indépendante qui réfléchirait à un nouveau vote ou à un référendum, et que François Fillon de son côté accepte de renoncer à son groupe", a résumé sur Europe 1 Bruno Le Maire, qui espère ainsi mettre fin à une partie de "roulette russe".

71 DÉPUTÉS AU "R-UMP"

Le groupe des députés "non-alignés" que le député de l'Eure a lancé avec Nathalie Kosciusko-Morizet au nom de l'unité du parti compte pour l'heure 71 députés dont l'engagement reflète "l'état d'esprit de la majorité des militants".

Les élus demandent la réunion de la commission de Sages prévue dans les statuts du parti ou d'une commission composée de représentants des deux camps, comme l'a proposé le président du groupe UMP à l'Assemblée, le "copéiste" Christian Jacob.

L'objectif serait d'organiser rapidement un nouveau scrutin avec ou sans référendum préalable. Dès que la commission sera créée, le groupe "Rassemblement-UMP" serait dissous.

"C'est une solution facile, possible, rapide et de bon sens, que l'ensemble des militants, cadres et élus du mouvement attendent", souligne dans Le Figaro l'ancien secrétaire général de l'UMP Xavier Bertrand, également à la manoeuvre.

Le groupe "R-UMP" compte 71 membres après le ralliement de Valérie Boyer, Guy Teissier et Marcel Bonnot entériné dans le Journal officiel de jeudi. Le groupe UMP en compte 123, dont huit apparentés.

La rupture n'est toutefois pas consommée, puisque le "R-UMP" reste financièrement rattaché à l'UMP, chaque député apportant à sa formation une part annuelle de financement public.

"LA RISÉE DE L'ASSEMBLÉE"

Pour Bruno Le Maire, les parties adverses ont jusqu'à mardi prochain pour trouver un compromis. La scission du groupe UMP se matérialisera de fait lors de la prochaine séance de questions au gouvernement, avec un positionnement, un temps de parole, un quotas de questions distincts pour le "R-UMP". Les personnels de l'Assemblée ont d'ores et déjà commencé à modifier la répartition des sièges en commissions.

"Nous serons la risée de l'Assemblée nationale", dit-il.

Bruno Le Maire et Nathalie Kosciusko-Morizet ont démenti formellement jeudi à Reuters l'intention qui leur est prêté par Le Figaro de créer un troisième groupe à l'Assemblée.

"Nous ne voulons pas ajouter la division à la division", a réagi l'ancien ministre de l'Agriculture. "Nous n'avons qu'un objectif collectif : revoter pour éviter la scission", a renchéri l'ancienne ministre de l'Ecologie.

David Douillet, qui avait relayé dans les médias "l'exaspération" de Nicolas Sarkozy, a évoqué jeudi sur Europe 1 une mystérieuse "autre solution". "Ce n'est pas une solution juridique mais juridiquement on veut savoir si ça tient", a-t-il dit, évoquant par la suite une initiative qui "passerait au-dessus de la tête" de François Fillon et Jean-François Copé.

Selon un sondage CSA, 38% des personnes interrogées jugent que la crise à l'UMP profite avant tout au Front national.

"Nous sommes tous cuits si ça continue, il n'y aura de place pour personne ni en 2017, ni en 2014" aux municipales, a dit Bruno Le Maire.

Le parti de Marine Le Pen entend tirer les bénéfices du psychodrame lors des trois législatives partielles des 9 et 16 décembre (Hauts-de-Seine, Val-de-Marne, Hérault).

Avec Emmanuel Jarry, Emile Picy, édité par Yves Clarisse


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.