1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Comment Mitterrand a fait pleurer Giscard

Le Point04/11/2015 à 11:17

Valéry Giscard d'Estaing s'est confié à Frédéric Mitterrand dans le documentaire Sans rancune et sans retenue.

C'est un fascinant testament télévisé que Valéry Giscard d'Estaing a accordé à Frédéric Mitterrand, et que diffusera La Chaîne parlementaire LCP les 26 et 30 novembre. Entre les deux hommes, tout a commencé en 2000 par une « petite lettre glaciale » adressée par un Giscard outragé au chroniqueur d'Europe 1. Après la défaite infligée par l'oncle, 20 ans plus tôt, c'était à présent le neveu qui se permettait de le « brocarder » méchamment dans son billet matinal. Frédéric Mitterrand a su au fil du temps se faire pardonner et « une amitié inattendue » s'est nouée entre l'ancien ministre de la Culture et l'ex-président, âgé de 89 ans, et dernier survivant d'une période qui appartient à l'histoire.

Avec cet art de la conversation si savoureux, Giscard raconte, se confesse, en confiance, à Frédéric Mitterrand. Lecteur de Houellebecq parce qu'il sait témoigner de la « décadence » inexorable de la France, l'ex-chef de l'État préfère revenir sur le passé. Il faut l'entendre raconter comment le président de Gaulle l'écoutait lui parler d'économie « enfoncé dans un ennui profond » ; comment les choses se sont gâtées avec Raymond Barre quand il lui a dit qu'il était moins doué en politique qu'en économie ou comment Edgar Faure l'a convaincu de conserver la peine de mort?

« Il faut nous débarrasser de Giscard »

« L'amertume de Giscard à l'égard de François Mitterrand a disparu, confie le neveu....

Lire la suite sur Le Point.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • dgui2
    04 novembre13:08

    Eh ben, ça, c'est un sacré scoop !

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer