1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Comment Macron veut ressusciter l'OTAN
Le Parisien03/12/2019 à 12:23

Comment Macron veut ressusciter l'OTAN

L'Otan (Organisation du Traité de l'Atlantique nord qui compte 29 Etats membres) la plus vieille alliance militaire du monde, célèbre à Londres son 70e anniversaire. Mais aujourd'hui quel ennemi, quelle stratégie ? Telles sont, selon une source à l'Elysée, les questions posées par Emmanuel Macron à ses partenaires à travers sa formule choc sur la « mort cérébrale ».En 1949, lorsque le Traité de l'Alliance atlantique fut signé à Washington par les douze pays fondateurs, dont la France (la Turquie, elle, adhéra en 1952), les choses étaient simples : l'ennemi, c'était l'Union soviétique, avec ses satellites est-européens du Pacte de Varsovie. Des centaines de milliers d'hommes, des chars, des avions, et surtout des missiles nucléaires garantissant une destruction mutuelle, étaient massés de part et d'autre du rideau de fer déchirant l'Europe. Mais depuis la fin de la Guerre froide et la chute du Mur en 1989, l'ennemi a changé voire disparu, la plupart des anciens vassaux de l'URSS rejoignant même l'Otan, à la fureur de Moscou. L'alliance s'adapte, intervient sur des théâtres comme la Bosnie (1993) ou le Kosovo (1999) où, sous l'impulsion des présidents Clinton et Chirac, l'aviation alliée bombarde l'ex-Yougoslavie. De même, la France participe en 2001 aux opérations en Afghanistan, l'Américain Bush ayant activé après les attentats du 11 septembre le fameux article 5 du Traité, prévoyant que si l'un des membres est attaqué, les autres lui prêtent assistance. Avec l'invasion américaine de l'Irak en 2003, ou l'attentisme de Washington face aux massacres d'Assad en Syrie, les désaccords transatlantiques deviennent criants ; l'Otan, dominée par des Américains lassés de payer plus de 60 % de son budget, paraît privée de sens.A l'ère du terrorisme international...Que recherche Macron ? Son objectif est double. « D'abord, provoquer un débat au sommet, sortir du ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer