1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Comment l'État cache les demandeurs d'asile

Le Point30/09/2013 à 20:02

Des sans-papiers faisant la queue devant la préfecture de Bobigny pour réclamer leur régularisation.

À quelques mois des municipales, les Roms sont au coeur du débat politique. Hasard du calendrier ou non, une autre polémique pourrait bien s'inviter dans cette campagne électorale. En toute discrétion, début septembre, un rapport sur la situation des demandeurs d'asile a été rendu public sur le site du ministère de l'Intérieur. Le constat dressé est inquiétant : la France n'a plus les moyens d'assumer ses ambitions de terre d'asile. Et pour cause, entre 2007 et 2012, le nombre de réfugiés a flambé de 72 %.

Face à cet afflux, les préfectures ne parviennent pas à tenir la cadence et à respecter les délais administratifs. Plus surprenant, faute de places suffisantes dans les centres d'hébergement, l'État est contraint de louer des chambres d'hôtel. Montant de la facture en 2012 : 125 millions d'euros. Ajoutée au coût des centres d'hébergement et à celui des aides versées, elle grimpe à 500 millions d'euros. Pire, comme le souligne Le Journal du dimanche, dans son édition du 22 septembre, avec 80 % de déboutés, le système fabriquerait 37 000 sans-papiers par an. En attendant l'élaboration d'une nouvelle loi, prévue pour bientôt, le gouvernement tente de désenclaver les grandes villes en répartissant les demandeurs d'asile dans des communes rurales. Un cache-misère qui provoque souvent l'exaspération des élus locaux. "Aucun contact avec l'administration"

Depuis peu, Boulogne-sur-Gesse, un petit village tranquille de...

Lire la suite sur Le Point.fr

19 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • heimdal
    30 septembre21:05

    Pierre Henry, président de l'association France Terre d'asile :parasite humain qui agit à dévorer notre nation de l'intérieur .

    Signaler un abus

  • heimdal
    30 septembre21:00

    Pourquoi croyez-vous qu'on en est là ? Le MEDEF les demande pour baisser le coût du travail !

    Signaler un abus

  • nebraska
    30 septembre20:02

    Vous savez que l'on peut acheter des armes de guerre "efficaces" sans casier judiciaire ??? Je viens de le découvrir et ne vais pas tarder à "passer commande" !!! A priori c'est encore mieux que des pétards "mammouth" !!!

    Signaler un abus

  • nebraska
    30 septembre19:59

    Et j'em.me.rde ceux qui viendaient me "traiter" de sale riche. Qu'ils bossent 1 peu afin de savoir ce que c'est !!!!! Concernant les assoc. de M.er.de, ils peuvent crever la bouche ouverte !!!!

    Signaler un abus

  • nebraska
    30 septembre19:57

    Mais que l'on fiche dehors TOUS les demandeurs d'asile nom de dieu !!! J'en ai marre de payer pour ces pou.rri.tures !!!! Moi, je suis d'accord pour payer pour de vrais français et non pour la mer.d.e que l'on reçoit chaque jour !!!! ME.R.de !!! je raque 12000€ d'impots !!!

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer