1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Colombie : un ancien chef des FARC arrêté à sa sortie de prison
Le Monde18/05/2019 à 01:43

Le Parquet colombien a déclaré avoir « rendu effectif » un ordre de détention dans le cadre de l'enquête pour trafic de drogue dont Jesus Santrich fait l'objet aux Etats-Unis.

A peine libéré de la prison La Picota, dans la périphérie de Bogota, l'un des chefs de l'ancien guérillero des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), Jesus Santrich, dont les Etats-Unis ont requis l'extradition pour trafic de drogue, a été réarrêté par des agents colombiens vendredi 17 mai.

Dans un communiqué, le Parquet a déclaré avoir « rendu effectif » un ordre de détention dans le cadre de l'enquête pour trafic de drogue dont Santrich fait l'objet aux Etats-Unis.

L'ancien commandant guérillero de 52 ans a été entouré par des agents du Parquet alors qu'il venait à peine de franchir le portail de la prison, assis dans un fauteuil roulant, a constaté une équipe de l'Agence France-Presse (AFP). Il a ensuite été embarqué dans un hélicoptère de la police, dont la destination reste inconnue.

« Nous appelons les organismes internationaux afin que soit garantie l'application des accords », a réagi sur Twitter Pablo Catatumbo, autre ancien commandant guérillero, aujourd'hui sénateur du parti de gauche Force alternative révolutionnaire commune (FARC).

Duque disposé à autoriser l'extradition de Santrich.

La Juridiction spéciale de paix (JEP), issue de l'accord signé en 2016 avec les FARC et chargée de juger les crimes les plus graves du conflit armé, a ordonné mercredi la mise en liberté de Seuxis Hernandez Solarte, plus connu sous le nom de Jesus Santrich, détenu depuis avril 2018. Elle a argué ne pas avoir reçu des autorités américaines la preuve de son implicat...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer