Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Collaboration avec les nazis : le nouveau gouvernement belge tangue déjà

Le Parisien13/10/2014 à 21:19

Collaboration avec les nazis : le nouveau gouvernement belge tangue déjà

C'est ce qui s'appelle un couac. Un ministre de l'Intérieur qui juge que les collaborationnistes, lors de l'occupation nazie, «avaient leurs raisons», avant de dénoncer «l'exploitation malhonnête» de ses propos, cela fait mauvais genre surtout dans un gouvernement ayant deux jours d'existence.

Si on ajoute le ministre chargé de l'Asile qui promet l'expulsion de «1000 sans-papiers», le profil politique des nationalistes flamands perturbe déjà les premiers pas du nouveau gouvernement belge. Sans compter dans le même temps une polémique qui touche également la ministre de la Santé.

Dirigé par le chef des libéraux francophones Charles Michel, mais dominé par trois partis flamands de droite, le gouvernement est entré en fonction samedi, un peu plus de quatre mois après les législatives. Le jeune nouveau Premier ministre, 38 ans, devrait en principe obtenir jeudi la confiance d'une confortable majorité de députés issus des élections du 25 mai, remportées en Flandre par la Nouvelle alliance flamande (N-VA) de Bart De Wever.

Depuis l'annonce de la composition du gouvernement la semaine dernière, auquel Bart De Wever a préféré ne pas prendre part pour rester à la mairie d'Anvers, le profil des trois ministres et des deux secrétaires d'Etat issus de la N-VA est passé au crible.

Les critiques visent en premier lieu le vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur, Jan Jambon. Les journaux francophones ont relevé qu'il avait pris la parole en 2001 lors du 50e anniversaire du Saint-Maartensfonds, une association d'anciens volontaires flamands partis se battre sur le front de l'Est avec les troupes allemandes.

«Les gens qui ont collaboré avec les Allemands avaient leurs raisons»

«Je défie quiconque de trouver une phrase, un texte, où je défends la collaboration. La collaboration a été une erreur», s'est défendu le nationaliste lundi dans le quotidien La Libre Belgique, qualifiant de «fait divers» sa présence ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.