1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Climat: de Sydney à Montréal, les jeunes ont fait la grève de l'école vendredi
AFP16/03/2019 à 02:12

Des milliers de jeunes manifestants ont défilé dans les rues de Montréal, le 15 mars 2019, dans le cadre de la mobilisation pour le climat ( AFP / MARTIN OUELLET-DIOTTE )

De l'Australie au Canada en passant par l'Europe, des centaines de milliers de jeunes ont fait la grève de l'école vendredi pour reprocher aux dirigeants mondiaux leur inaction face au réchauffement de la Terre.

Les foules les plus imposantes se trouvaient à Sydney, Berlin, Paris, Bruxelles, Londres, Madrid, Santiago du Chili et Montréal. Mais le mouvement a touché les cinq continents, dans des centaines de villes, même s'ils n'étaient qu'une poignée en Laponie, sur l'île Maurice ou à New Delhi.

"Mes yeux souffrent de la pollution", a expliqué Shagun Kumari, 13 ans, dans la capitale indienne. "Je veux un air qui n'affecte pas mes poumons".

Manifestation de jeunes pour le climat à Santiago du Chili le 15 mars 2019 ( AFP / Martin BERNETTI )

La mobilisation a pris des allures de concours de pancartes: "Comme les océans, nous nous élevons" (Sydney), "Agir maintenant ou nager" (Wellington), "Changez le système, pas le climat" (Vienne), "Make Earth Green Again" (Rome) "Ne faites pas du Trump" (Hong Kong), "Le Titanic n'aurait pas eu de problème en 2019" (Elmshorn, Allemagne).

Et, partout: "Il n'y a pas de planète B".

L'une des plus grandes marches a eu lieu à Montréal, avec des dizaines de milliers d'étudiants et de lycéens --150.000 personnes, selon un organisateur.

"Quand on a un vent populaire, un vent de jeunesse pacifique, organisé comme celui-là, n'importe quel gouvernement a un devoir moral d'écouter et d'agir sur l'environnement", dit Cédric Rémy, 21 ans, étudiant à l'université de Montréal.

Aux Etats-Unis, la mobilisation a été plus modeste, même si des milliers jeunes ont manifesté à New York, Washington, Chicago, Portland ou encore St. Paul.

En Amérique du Sud aussi, les jeunes ont défilé comme dans la capitale chilienne Santiago, à Medellin en Colombie, ou à Buenos Aires où l'on pouvait lire des messages comme "le changement climatique n'est pas +fake news+".

Des manigestants pour le climat brandissent des slogans sur le Vieux Port à Marseille (sud-est de la France) le 15 mars 2019 ( AFP / Christophe SIMON )

Au total, les organisateurs du mouvement "Fridays for Future" ont calculé, sur la base des remontées locales, à plus d'un million le nombre de manifestants dans le monde.

"Je demande aux dirigeants politiques de réfléchir à ce qu'il se passera quand ils ne seront plus là et aux enfants qui souffriront à cause de leurs décisions", a dit Emma Rose, 15 ans, qui a participé à un "die-in" à New York devant le siège de l'ONU.

- Beaucoup en Europe -

"123 pays!", a tweeté la jeune Suédoise Greta Thunberg, icône du mouvement avec sa grève hebdomadaire de l'école.

La Suédoise Greta Thunberg (c) porte une pancarte "grève de l'école pour le climat" lors d'une manifestation à Bruxelles, le 21 février 2019 ( AFP/Archives / EMMANUEL DUNAND )

"Nous faisons grève pour dire à nos gouvernements de faire leurs devoirs et de nous montrer des preuves!", expliquait l'appel publié sur Facebook. Des preuves que le monde prend les mesures nécessaires pour limiter la hausse de la température mondiale à +2°C par rapport à l'ère pré-industrielle, comme prévu par l'accord de Paris. Le monde en est déjà à +1°C et se dirige vers +3°C d'ici 2100.

"Les températures ont grimpé, impossible de se concentrer en classe", dit Warlda Mirembe, 16 ans, venue avec son père, fermier et commerçant pour manifester à Kampala en Ouganda. "Ma prise de conscience date de l'inondation de l'école après des pluies diluviennes. J'aime mon pays, on l'appelle la perle de l'Afrique, mais on est en train de le détruire".

Des jeunes manifestent à Sydney pour sensibiliser au changement climatique, le 15 mars 2019 ( AFP / Saeed KHAN )

Greta Thunberg s'est fait connaître en brandissant seule tous les vendredis une pancarte "grève de l'école pour le climat" devant le Parlement de Stockholm. Peu à peu, son initiative a gagné plusieurs pays et des milliers de jeunes ont commencé à descendre dans la rue chaque vendredi.

La jeune Suédoise, qui a été proposée pour le Nobel de la paix 2019, est revenue vendredi devant le Parlement suédois.

"Nous venons de naître au monde, cette crise nous allons devoir vivre avec, et nos enfants et nos petits-enfants et les générations futures. Nous ne l'accepterons pas", a-t-elle prévenu.

L'initiative n'était pas du goût de certains dirigeants politiques, tel le ministre allemand de l'Economie Peter Altmaier, pour lequel "les manifestations hors des horaires de cours ont aussi du sens".

Les grévistes ont aussi reçu des soutiens appuyés, comme celui de maires de grandes villes, du président italien ou de la Première ministre néo-zélandaise.

Voici une estimation de la participation dans certains pays:

France: 29.000 à 40.000 manifestants à Paris (selon les sources), et 190.000 dans toute la France selon les organisateurs.

Royaume-Uni: 20.000 à Londres (organisateurs), 50.000 dans le pays.

Belgique: 30.000 marcheurs à Bruxelles (police), autres rassemblements à Gand, Liège, Mons ou Namur.

Suisse: près de 30.000 dans cinq villes, selon l'agence ATS.

Australie: près de 50.000 (organisateurs).

6 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • pierry5
    16 mars10:42

    C'est cool de brosser les cours pour aller se marrer dans l

    Signaler un abus

  • aiki41
    16 mars08:09

    C'est bien que les jeunes se mobilisent pour des causes. L'avantage avec les jeunes c'est qu'on peut leur faire croire n'importe quoi, il y a 40 ans, sur les mêmes données utilisées par le GIEC pour nous annoncer qu'il y a réchauffement climatique, il y a 40 ans ces jeunes auraient manifesté contre le refroidissement du climat à cause de l'industrialisation, de la mécanisation, de l'urbanisation et de l'explosion démographique.

    Signaler un abus

  • aremon05
    15 mars22:58

    Tout ça c'est bien joli mais tant que les US, la Russie, la Chine, l'Inde, l'Afrique qui représentent près de 70% de la population mondiale ne bougeront pas et comme le disent Trump, Poutine et les dirigeants indiens et africains le climat " on s'en fout" , le reste du monde pourra gesticuler... L'exemple type Trump qui a fait un pied de nez sur le traité de Paris ...à la satisfaction des Chinois, Indiens etc qui se sentent libérés.

    Signaler un abus

  • remimar3
    15 mars18:59

    C'est bizarre on ne parle pas de dégradations suite à la tenue de la manif. Ça va montrer au GJ qu'on peut manifester sans casser. Le capitalisme actuel, où les actionnaires demandent toujours plus aux entreprises qui ensuite cherchent par tous les moyens à diminuer leur coûts (en faisant produire des produits peu fiables par les pays pauvres) ou a nous vendre de la nourriture trafiquée, est un poison pour la planète.

    Signaler un abus

  • M363422
    15 mars18:12

    Oui des milliers de jeunes se préoccupent de l'intérêt général,ici en France et dans le monde. C'est très réjouissant. Et après le G.J il y a à prendre n compte ce mouvement.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer