1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Claude Lelouch à Cannes : « Je voulais filmer les yeux et les rides qui sont autour »
Le Monde20/05/2019 à 01:49

Le réalisateur raconte les retrouvailles d'Anouk Aimée et Jean-Louis Trintignant pour son dernier film « Les plus belles années d'une vie ».

Tout va très vite pour Claude Lelouch, à Cannes : présentation de son film Les plus belles années d'une vie avec Anouk Aimée et Jean-Louis Trintignant, interview avec la presse... Et le réalisateur âgé de 81 ans, qui n'aime surtout pas perdre son temps, ne s'en plaint pas.

Son dernier long-métrage parle justement de l'amour qui continue en dépit de l'âge, et de « la vie avec ses conneries », dit-il, évoquant le personnage de Jean-Louis Trintignant, un coureur automobile qui courait aussi derrière les femmes. Cinquante ans après Un homme et une femme (1966), Claude Lelouch tenait absolument à cette « troisième mi-temps » avec les mêmes comédiens.

Pourquoi avez-vous eu envie de réunir à nouveau Jean-Louis Trintignant et Anouk Aimée ?

Ce genre de films, si on était raisonnable, il faudrait avoir l'intelligence de ne pas le faire. Trois vieux cons qui refont un film, qui est-ce qui va aller les voir ? Jean-Louis me disait : il n'y a que les survivants qui iront le voir.

Mais le rationnel a peur de tout. Je me suis rendu compte que je suis mieux conseillé par mon instinct que par mon intelligence. Alors j'ai appelé Anouk et Jean-Louis, et je leur ai dit : c'est pas normal que l'on soit encore vivant et que l'on n'utilise pas cette histoire. On a le devoir de faire ce film. J'ai envie de travailler avec ce grand scénariste qu'est la vie. Il y a très peu de gens qui ont droit à une troisième mi-temps, et à la troisième mi-temps c'est le moment de faire la fête. Je me suis jama...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer