Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Claude Guéant dément avoir reçu de l'argent libyen

Reuters 30/04/2013 à 19:07

CLAUDE GUÉANT DÉMENT AVOIR REÇU DE L'ARGENT LIBYEN

PARIS (Reuters) - Claude Guéant a démenti mardi avoir reçu de l'argent libyen ayant pu servir à un éventuel financement occulte de la campagne de Nicolas Sarkozy pour l'élection présidentielle de 2007.

L'ancien ministre de l'Intérieur a confirmé sur France Info une information du Canard enchaîné, qui écrit mardi que des documents relatifs à un versement de plus de 500.000 euros sur l'un de des comptes ont été saisis en février dernier lors de perquisitions à son domicile et à son cabinet d'avocats.

Celui qui fut également secrétaire général de l'Elysée déclare que cet argent provient de tableaux d'un peintre néerlandais du XVIIe siècle.

"Il s'agit d'un bien dont j'avais fait l'acquisition il y a 20 ans", dit-il. "J'ai tous les justificatifs et ils sont à la disposition de la justice".

Claude Guéant reconnaît que des factures payées en espèces dont parle également le Canard enchaîné l'ont été avec de l'argent qui provient de "primes de cabinet" lorsqu'il était au ministère de l'Intérieur au service de Nicolas Sarkozy et concernent un montant "de l'ordre de 20.000 ou 25.000 euros".

"D'où ça vient ? C'est extrêmement simple. C'est que les primes de nombreux hauts fonctionnaires au ministère de l'Intérieur ont été, jusqu'à ce que nous y ayons mis un terme avec Nicolas Sarkozy en 2006, payées en espèces. Et cela remonte à la nuit des temps", a-t-il déclaré sur RTL.

IMPOSSIBLE, DIT BACHELOT

L'ancienne ministre UMP Roselyne Bachelot a contesté cette affirmation sur Direct 8.

"Ce qui est absolument impossible c'est d'avoir touché des primes de cabinet à partir de 2002. J'étais moi-même au gouvernement, les primes de cabinet avait été supprimées par Lionel Jospin", Premier ministre de 1997 à 2002, a-t-elle dit.

"Il y avait peut-être au ministère de l'Intérieur de l'argent qui circulait. Ça, ça peut être possible parce qu'il faut rémunérer un certain nombre d'indicateurs, d'informateurs au ministère de l'Intérieur. Mais il n'avait pas à mettre cet argent dans sa poche. Donc là, si les explications qu'il donne, il continue, soit c'est un menteur soit c'est un voleur."

Sur RTL, Claude Guéant a souligné que les "primes du ministère de l'Intérieur étaient versées sur des frais dits 'frais de police', qui d'ailleurs bénéficiaient à plusieurs milliers de fonctionnaires du ministère de l'Intérieur".

Les perquisitions à l'encontre de l'ancien ministre ont été effectuées dans le cadre d'une enquête préliminaire sur un éventuel financement par la Libye de Mouammar Kadhafi de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, dont l'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine affirme détenir des preuves.

"Il n'y a eu aucune espèce de financement libyen dans cette affaire", dit Claude Guéant sur France Info. "A aucun moment je n'ai vu de l'argent libyen ni entendu parler d'argent libyen. Je suis définitif et catégorique sur ce point."

Il affirme actuellement "fignoler" deux plaintes contre Ziad Takieddine "pour les mensonges qu'il profère et la diffamation qu'il témoigne à mon égard".

Patrick Vignal et Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.