1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Cinq ans de prison pour cinq manifestants mineurs en Egypte
Reuters23/09/2016 à 10:06

    LE CAIRE, 23 septembre (Reuters) - Un tribunal égyptien a 
condamné à 5 ans de prison cinq mineurs qui avaient participé 
aux manifestations contre la rétrocession de deux îlots de la 
mer Rouge à l'Arabie saoudite en avril, a-t-on appris de source 
judiciaire. 
    Plus de 200 personnes ont été arrêtées pour avoir contesté 
cette décision du président Abdel Fattah al Sissi. Environ 150 
d'entre elles ont écopé de peines de prison ou d'amendes mais 
nombre de ces jugements ont ensuite été annulés en appel. 
    La source judiciaire a dit jeudi soir à Reuters que les cinq 
adolescents, âgés de moins de 18 ans, ont été condamnés pour 
avoir manifesté sans autorisation et perturbé la circulation 
routière. Ils ont aussi écopé de 100.000 livres égyptiennes 
(environ 10.000 euros) d'amende. 
    "Le jugement a été prononcé par contumace et est donc 
susceptible d'appel", a précisé la source. 
    Les manifestations sont strictement réglementées en Egypte, 
ce qui n'a pas empêché des milliers de personnes de se mobiliser 
le 25 avril contre la restitution des îles de Tiran et Sanafir à 
l'Arabie saoudite, décision qui a sérieusement écorné l'image du 
président Sissi. 
    Un tribunal égyptien a statué en juin que l'Egypte ne 
pouvait pas renoncer d'un simple décret présidentiel à sa 
souveraineté sur les îlots. 
     
 
 (Asma Alsharif; Tangi Salaün pour le service français) 
 )

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer