Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

KERING (Ex: PPR)

487.50EUR
+0.08% 
Ouverture théorique 487.50
indice de référence CAC 40

FR0000121485 KER

Euronext Paris données temps réel
Politique d'exécution
  • ouverture

    491.30

  • clôture veille

    487.10

  • + haut

    493.40

  • + bas

    485.40

  • volume

    233 153

  • valorisation

    61 561 MEUR

  • capital échangé

    0.18%

  • dernier échange

    25.05.18 / 17:35:04

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    458.30

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    516.60

  • Éligibilité

    SRD

    Qu'est-ce que le SRD ?

    Fermer
    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer

Autres places de cotation

Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

    Ajouter KERING (Ex: PPR) à un portefeuille virtuel

    Fermer
  • + Liste

    Ajouter KERING (Ex: PPR) à mes listes

    Fermer

Chute du yuan-Les touristes chinois pensent avant de dépenser

Reuters11/08/2015 à 19:57

par Andrew Callus et Wiki Su PARIS, 11 août (Reuters) - Les touristes chinois qui visitent chaque année les grandes villes du monde craignent de devoir réduire leurs emplettes si la soudaine dévaluation du yuan de mardi entraîne une brusque chute de leur pouvoir d'achat. Plus de 100 millions de Chinois voyagent à l'étranger chaque année et ils achètent plus de produits de luxe qu'aucune autre nationalité. Pouvoir s'offrir des parfums et des vêtements de haute-couture, pour des prix parfois deux fois plus bas qu'en Chine, est une incitation très forte à voyager pour eux. "J'avais prévu d'aller à Séoul en août avec des amis puis de en Thaïlande seule en octobre. Mais le yuan a été fortement dévalué aujourd'hui et j'ai peur qu'il ne le soit encore plus", estime Xuechang Huang, une femme de ménage de 48 ans de Guangzhou (Canton), contactée par Reuters via l'application Wechat. "Alors je pense que je ne vais pas aller à Séoul pour faire du shopping, mais seulement en Thaïlande pour visiter le pays", a-t-elle ajouté. Même décision pour Huang Ruifen, propriétaire d'une boutique de Guangxi, actuellement à Hong-Kong pour faire des achats. "Je vais arrêter d'acheter des produits de luxe tant que le yuan ne sera pas remonté", déclare-t-elle. La Chine a dévalué sa monnaie de près de 2% mardi, après la publication d'indicateurs économiques jugés décevants. Certains économistes estiment qu'il ne pourrait s'agir que d'une première étape. ID:nL5N10M1SK Bien que restreinte, il s'agit de la plus forte baisse depuis la dévaluation massive de 1994, et elle semble aller à l'encontre de la politique du yuan fort prônée jusqu'ici. Les investisseurs ont rapidement parié que des groupes comme LVMH LVMH.PA , propriétaire de Louis Vuitton, Kering PRTP.PA , propriétaire de Gucci, ou encore L'Oréal OREP.PA pourraient souffrir. Les actions de ces groupes faisaient partie des plus fortes baisses de la Bourse de Paris ce mardi, marquant des chutes entre 2,4 et 5,4%. Contactées, ces sociétés n'ont pas souhaité faire de commentaire. ACHETER A L'ETRANGER POUR REVENDRE CHEZ SOI Les touristes chinois ont dépensé des sommes record en produits de luxe cette année, selon des données d'un rapport publié en avril par Global Blue, gestionnaire de remboursement de la TVA. En particulier, la faiblesse de l'euro avait rendu les destinations européennes attrayantes. Des analystes estiment que les dépenses chinoises dans le secteur du luxe comptent pour près de 45% du marché mondial, là où elle ne pesait dans les faits rien il y a dix ans. Les touristes chinois représenteraient également plus d'un tiers des dépenses dans le secteur du luxe européen, selon les mêmes analystes. Malgré la réaction du marché, les conséquences potentielles de la dévaluation ne sont pas uniformes pour l'industrie. Selon Global Blue, près de 40% des achats de touristes chinois sont destinés à être revendus chez eux et un yuan plus faible pourrait simplement rapatrier ces ventes en Chine. Les marges du secteur du luxe sont également en général plus élevées en Asie, même si la dévaluation pourrait effacer une partie des bénéfices des entreprises européennes. "D'une façon générale, je pense que cela sera sûrement négatif", estime Christopher Walker, analyste spécialisé sur le secteur du luxe chez Nomura. "C'est de plus en plus dur à surveiller", ajoute-t-il. "Toutes les sociétés du luxe essayent de gérer à la fois leurs prix et ces écarts. Cela rajoute simplement une autre inconnue dans le calcul du prix, ce qui complique actuellement la gestion d'une entreprise de luxe." Quoi qu'il en soit, les montant concernés sont énormes et en rapide croissance. L'organisation mondiale du tourisme a distingué la Chine comme le pays ayant le plus dépensé à l'étranger en 2014, avec 165 milliards de dollars, en hausse de 28% par rapport à 2013. La dépense chinoise n'était que de 3,7 milliards de dollars il y a à peine 20 ans. LE LOGEMENT ET LES DÉPENSES SCOLAIRES Le prix d'un sac à main n'était pas la seule chose qui préoccupait les touristes chinois après la dévaluation de mardi, selon un certain nombre d'entre eux interrogés à travers le monde. Les agences immobilières de Hong Kong craignaient pour le marché local, alors que les étudiants de Pékin s'inquiétaient de la hausse des frais des écoles en dehors de Chine. Mais pour l'instant, les adeptes du shopping restent déterminés à profiter de leur pouvoir d'achat tant qu'il subsiste. "On peut acheter plus de en Australie. Par exemple, des bottes Ugg coûtent 1.000 yuans en Chine, alors qu'elles sont à 200 yuans en Australie", a constaté Kou Meng Nan, une étudiante de 20 ans venue de Pékin pour faire des emplettes à Sydney pendant 12 jours. Le commerce tournait comme prévu également aux Galeries Lafayette, dans le centre de Paris où des touristes chinois se ruaient dans le grand magasin, déposés là en bus. Avant la dépréciation de mardi, le yuan avait progressé de 15% par rapport à l'euro depuis le début de 2014. "Cela devrait nous assurer que cette dévaluation n'a aucune conséquence significative", a déclaré Catherine Oden, directrice Chine pour Atout France, agence de promotion officielle du pays. "De toute façon, c'est la fin de la saison pour les Chinois." Mais pour certains, bien sûr, tout n'est pas une question de prix. "C'est une très mauvaise nouvelle pour moi", reconnaît Tommy Liu, 27 ans, rencontré à l'extérieur d'une boutique Channel de Hong-Kong, où il attendait sa petite amie. "Que le yuan soit en hausse ou en baisse, j'achèterais n'importe quoi pour la rendre heureuse." (Avec Martinne Geller, Ingrid Melander, Yimou Lee, Emma Yang, Fathin Ungku, Charlotte Greenfield, Joseph Sotinel pour le service français, édité par Cyril Altmeyer)

Valeurs associées

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.