1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Chômage : le dernier coup de Rebsamen

Le Point19/08/2015 à 12:07

François Rebsamen, proche de François Hollande, va se consacrer à la mairie de Dijon après seize mois passés rue de Grenelle.

Il craignait de passer pour "un réac", mais il était bien décidé. François Rebsamen était encore ministre du Travail lorsqu'il nous confiait début août vouloir s'attaquer dès la rentrée au système de relance des chômeurs. Ce n'est pas parce qu'il a démissionné le 19 août pour redevenir maire de Dijon qu'il a renoncé. L'ami de François Hollande s'apprête à proposer de supprimer les SMS envoyés chaque mois par Pôle emploi aux inscrits pour leur rappeler d'actualiser leur situation.

L'ex-ministre n'a jamais digéré les mauvais résultats du mois de mai, un record de 3 552 200 chômeurs de catégorie A, qu'il avait attribué à l'envoi de plusieurs SMS de rappel par l'agence. "3,3 millions de SMS avaient été envoyés ! Est-ce normal ? Et puis ça coûte cher", n'en revenait-il toujours pas plusieurs semaines après... En septembre 2014, François Rebsamen s'était déjà illustré en annonçant vouloir renforcer "les contrôles des chômeurs pour être sûr que les gens cherchent bien un emploi".

À l'instar du ministre Emmanuel Macron et du Premier ministre Manuel Valls, le ministre du Travail incarne depuis son arrivée rue de Grenelle, en avril 2014, l'aile droite de la gauche gouvernementale. Pour l'assouplissement des seuils sociaux dans les entreprises un jour, pour réviser le statut privilégié des intermittents du spectacle un autre, plus transgressif encore quand il déclare, comme au Point en septembre 2014...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer