Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Chômage-Le ballon d'essai de Valls sur l'indemnisation intrigue

Reuters07/10/2014 à 23:25

* Valls repose la question de l'assurance chômage * Un sujet en débat "dans les mois qui viennent", dit Le Guen * Pas de négociations prévue avant 2016 * La France a promis des économies à ses partenaires (Actualisé avec Le Guen) PARIS, 7 octobre (Reuters) - Manuel Valls a émis à plusieurs reprises depuis deux semaines le souhait de réformer l'indemnisation du chômage en France, comme s'il voulait tester l'opinion sur un sujet hautement sensible. Accusé de dérive libérale par les frondeurs socialistes, le Premier ministre a entamé depuis la rentrée une tournée européenne, de Rome à Londres en passant par Berlin, pour convaincre ses partenaires européens et Bruxelles que la France avait choisi la voie des réformes structurelles. En Allemagne, pays où l'indemnisation du chômage a été rabotée depuis le début des années 2000 pour inciter au retour au travail, il s'est interrogé sur les choix économiques et sociaux faits par la France ces dernières décennies. "La France a une préférence pour le chômage de masse bien indemnisé, c'est un fait", a-t-il dit en privé dans la capitale allemande. Quelque jours plus tard, il estimait qu'il y aurait "des choses à revoir dans le système français". "C'est (...) parce que nous acceptons malheureusement un chômage trop élevé, même s'il est bien indemnisé, que nous avons perdu du temps", a-t-il déploré devant son homologue finlandais la semaine dernière, avant de revenir sur le sujet lundi lors de sa visite à la City de Londres. Le Premier ministre, qui n'a de cesse de proclamer son amour de l'entreprise, en paraît presque avoir fait sienne une des propositions du Medef. Dans son plan "un million d'emplois", l'organisation patronale propose de "poursuivre la réforme de l'assurance chômage pour accélérer le retour à l'emploi des chômeurs" et d'ouvrir pour ce faire de nouvelles négociations "sans attendre l'échéance de la convention actuelle". Mardi soir, les services du Premier ministre restaient muets sur ce ballon d'essai qui laisse perplexe les syndicats et semble embarrasser les ministères chargés du dossier. ÉLYSÉE PRUDENT, MATIGNON MUET "On a une convention qui vient juste d'entrer en vigueur, avec les droits rechargeables. Elle a été agréée jusqu'en 2016. Donc à la mi-2016 il y aura renégociation comme il se doit", explique-t-on au ministère du Travail. Dans l'entourage de François Hollande, on assure que le Premier ministre n'est pas en service commandé. Tel député socialiste frondeur voit dans les signaux distillés par le Premier ministre une tentative de polariser son affrontement avec les rebelles de sa majorité. Des ministres assurent n'avoir pas entendu parler des préparatifs d'une grande réforme. "J'ai beaucoup de dossiers sur la table, mais pas celui-là", tranche l'un d'eux, pour qui ce débat "mettrait le feu à tous les partenaires sociaux" qui gèrent l'assurance chômage. Mais le secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen, a confirmé mardi soir que les questions du montant des allocations chômage et de la durée de la période d'indemnisation devraient être sur la table lors de la renégociation de la convention d'assurance chômage. "Nous trouvons, et je pense que beaucoup de Français trouvent, que effectivement il y a par exemple tout un système de montants de rémunération maintenus quelles que soient les conditions, qui pose un certain nombre de questions", a-t-il dit lors de l'émission Preuves par trois sur Public Sénat. "Ça sera dans le débat, y compris dans le débat social dans les mois qui viennent, puisqu'il y aura une renégociation de l'assurance-chômage", a-t-il ajouté. En réponse à une question, Jean-Marie Le Guen a estimé que "par certains aspects", le système actuel était un "frein" à la reprise du travail notamment chez ceux, comme les cadres, qui ont "un certain niveau de rémunération de susbitution (et) qui peuvent se dire légitimement 'dans le système actuel, je peux attendre six mois, un an avant de rechercher un travail'". RELATIVE PRUDENCE Du côté syndical, on s'en tient au calendrier déjà bien balisé des négociations entre les partenaires sociaux. Moi aussi je suis intriguée. Il n'a jamais été question de ça, ni avec les pouvoirs publics ni avec le patronat et en plus ce n'est pas dans le champ de compétence du gouvernement", a dit à Reuters Véronique Descacq, numéro 2 de la CFDT. A l'Unedic, organisme paritaire de gestion de l'assurance chômage, on rappelle que la renégociation de la convention qui la régit n'est prévue qu'en 2016. La convention conclue en mars et tout juste entrée en vigueur prévoit seulement des réunions régulières, d'ici là, d'un "groupe paritaire politique" chargé notamment d'étudier la modulation des conditions d'indemnisation, les modalités de calcul des allocations, la simplification de la règlementation, etc. Le moment venu, il soumettra aux négociateurs les conclusions de ses travaux. L'annonce à brève échéance d'un "big bang" paraît donc peu vraisemblable. Des sources proches de l'exécutif estiment que les propos de Manuel Valls visent surtout à rappeler à l'opinion publique que le redressement des comptes de l'assurance chômage est impératif pour réduire les déficits publics. (Julien Ponthus, Emmanuel Jarry, Jean-Baptiste Vey et Elizabeth Pineau édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.