1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Chine : pourquoi Pékin a voulu museler la journaliste Gao Yu

Le Point17/04/2015 à 16:27

La journaliste Gao Yu a déjà passé six ans derrière les barreaux et vient d'être condamnée à sept ans de prison.

Le régime de Pékin a trouvé la parade pour faire taire toute critique. À l'heure du nouvel "État de droit" proclamé par Xi Jinping, la justice use et abuse d'une arme implacable pour éliminer les adversaires du pouvoir : l'accusation de livraison de "secrets d'État". La cour n° 3 de Pékin vient de condamner à sept ans de prison l'une des journalistes d'investigation chinoises les plus pugnaces, couronnée par de nombreux prix internationaux. Vendredi, Gao Yu, 71 ans, a été reconnue coupable d'avoir "livré à des étrangers des secrets d'État", à l'issue d'un procès à huis clos.

Son crime ? Avoir révélé au monde un plan de bataille secret du Parti pour éradiquer l'influence "occidentale" dans l'empire du Milieu. Gao est accusée d'avoir transmis à un site hongkongais le sulfureux document "n° 9". Un rapport diffusé en interne au sommet du pouvoir à l'arrivée du président Xi, en 2013, décrétant une lutte sans merci contre sept valeurs risquant de saper la mainmise du Parti. On trouve notamment sur cette liste noire "la démocratie constitutionnelle" ou la "liberté de la presse".

Lire aussi Tour de vis marxiste en Chine

Arrestation préventive et confessions publiques

La journaliste, qui était déjà sous les verrous depuis un an, avait été contrainte à des confessions publiques à la télévision d'État, en mai dernier. Elle devrait faire appel de sa condamnation, selon ses avocats, mais ses chances d'alléger sa peine...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer