Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Chine-La relance plus que les réformes au menu du plénum du PCC

Reuters13/10/2015 à 12:29

* Le 13e plan quinquennal au centre du prochain plénum du PCC * Une croissance d'eniron 7% envisagée sur la période 2016-2020 * Nouvelles mesures de relance nécessaires pour tenir l'objectif par Kevin Yao PEKIN, 13 octobre (Reuters) - Pékin va privilégier le soutien à l'activité économique plutôt que les réformes en fixant un taux de croissance d'environ 7% par an dans le prochain plan quinquennal qui sera débattu lors de la session plénière du Parti communiste chinois (PCC) fin octobre, selon des sources au fait des préparatifs. Le comité central du PCC se réunira en session plénière du 26 au 29 octobre pour discuter du 13e plan quinquennal de développement national portant sur la période 2016-2010 sur fonds de net ralentissement de l'activité économique. Si les autorités chinoises ont fait d'une croissance plus faible le corollaire de la réorientation de leur modèle économique vers la demande intérieure, les données officielles ont montré que les objectifs de croissance étaient toujours atteints quand ils n'étaient pas dépassés. "Nous devons nous appuyer sur des mesures de relance pour garantir l'objectif d'une croissance de 7% (l'an)", a dit un économiste d'un groupe de réflexion gouvernemental qui a requis l'anonymat. "Nous ne devons pas mettre la libéralisation financière au premier rang des réformes économiques." Pékin a besoin d'une croissance proche de 7% par an en moyenne sur les cinq prochaines années afin d'atteindre un objectif précédemment fixé de doublement du produit intérieur brut et du revenu par tête en 2020 par rapport aux niveaux de 2010. La chute de la Bourse et les turbulences inattendues provoquées par une dévaluation limitée du yuan sur les marchés financiers internationaux font craindre aux responsables chinois qu'un ralentissement plus marqué de la croissance ait des conséquences systémiques et déstabilise l'économie. "Il semble que la croissance ait pris le pas sur les réformes, ce qui pourrait stabiliser le marché à court terme mais accroîtra les facteurs de déstabilisation à moyen terme", prévient Zhou Hao, économiste de la Commerzbank à Singapour. DE NOUVEAUX GRANDS PROJETS Dans le cadre du nouveau plan quinquennal, le gouvernement va vraisemblablement augmenter les dépenses d'investissement en infrastructures, l'un de ses leviers de relance privilégié. Les projets ne sont pas encore connus dans le détail mais les grandes lignes portent sur la construction de nouvelles routes, de nouvelles lignes de chemin de fer et d'autres projets d'infrastructures principalement en Asie centrale, dans le but de renforcer l'intégration régionale et d'accompagner le projet de "Nouvelle Route de la Soie". Cette initiative recouvre quelque 300 projets de grands travaux reliant l'Asie à l'Europe par le biais de réseaux aussi bien ferroviaires que routiers, électriques qu'internet, mais aussi de gazoducs et d'oléoducs et autres infrastructures maritimes et terrestres. Le 13e plan quinquennal pourrait aussi comprendre une série de mesures en faveur de la protection de l'environnement, axées sur les énergies renouvelables, ce qui pourrait soutenir la demande de cuivre et d'aluminium pour la modernisation du réseau électrique et sa connexion aux projets hydroélectriques, solaires et éoliens. La Commission nationale du développement et de la réforme (CNDR), l'organisme chargé de la planification, n'a pas souhaité réagir à ces informations. Au cours des deux premiers trimestres de cette année, les chiffres de la croissance publiés par les autorités sont ressortis à 7,0% l'an, conformes à l'objectif fixé pour l'ensemble de l'année, et le gouvernement a démenti qu'ils aient pu être gonflés. Reuters avait rapporté en juin que Pékin pourrait se donner un objectif "d'environ 7%" pour les cinq prochaines années mais l'environnement économique et des marchés financiers s'est détérioré depuis. Si l'accent est mis comme attendu sur la croissance lors de la réunion plénière du PCC, des interrogations ne manqueront pas d'être soulevées sur la détermination des autorités à mener à bien leur ambitieux programme de réformes structurelles. La récente réaffirmation par le président Xi Jinping de son engagement en faveur de la promotion des mécanismes de marché a surtout été interprétée par certains observateurs comme un moyen de sauver les apparences après l'intervention directe et massive des autorités sur les marchés boursiers et des changes. Des changements potentiellement déstabilisants comme la levée du contrôle des changes pourraient toutefois être relégués au second plan par rapport à des réformes considérées comme plus favorables à la croissance comme l'encouragement de l'investissement privé dans les entreprises ou de grands projets publics, soulignent des sources au fait des prochaines orientations économiques. "La Chine ne devrait pas assouplir le contrôle des changes trop rapidement et l'internationalisation du yuan doit être en phase avec la demande du marché et le développement de l'économie", a dit un ex-conseiller économique de la banque centrale. Cai Fang, vice-président de l'Académie chinoise des sciences sociales, a récemment prévenu que la croissance chinoise pourrait tomber à 6,2% l'an sur la période 2016-2020 sans nouvelles mesures de soutien à l'activité. L'objectif gouvernemental d'une croissance supérieure à 7% sur la période 2011-2015 devrait être dépassé avec une moyenne d'environ 7,8% sur les cinq ans. Mais la croissance a nettement ralenti pour tomber de 9,5% en 2011 à environ 7% attendu cette année, au plus bas depuis un quart de siècle. "Le pire est à venir. Le ralentissement économique peut encore s'aggraver", a prévenu Guan Qingyou, économiste en chef de Minsheng Securitites, lors d'une récente intervention. Le Fonds monétaire international prévoit que la croissance chinoise ne dépassera pas 6,8% cette année et 6,3% en 2016. (Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.