1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Chantage contre le roi du Maroc, deux journalistes déférés
Reuters29/08/2015 à 07:20


PARIS, 29 août (Reuters) - Les deux journalistes français soupçonnés d'avoir réclamé de l'argent afin de ne pas publier un livre à charge contre le roi ont été présentés vendredi soir à un juge d'instruction, a-t-on appris samedi de source judiciaire. Eric Laurent et Catherine Graciet, accusés d'avoir empoché de l'argent extorqué, étaient en garde à vue depuis jeudi après-midi. Le parquet, qui s'était déjà saisi en enquête préliminaire, avait ouvert mercredi une information judiciaire pour tentative d'extorsion de fonds et tentative de chantage. Selon Eric Dupont-Moretti, l'un des avocats du Maroc, l'un des journalistes avait contacté le palais royal le 23 juillet dernier pour annoncer la rédaction d'un livre et demander "des choses importantes". Lors d'une rencontre avec un représentant du roi, il aurait demandé trois millions d'euros pour ne pas publier son ouvrage et le souverain chérifien a déposé plainte auprès du procureur de la République de Paris. Lors d'une nouvelle réunion organisée jeudi à Paris sous le contrôle de la police et du parquet français pour piéger le journaliste et son co-auteur, ces derniers ont accepté de l'argent et signé un contrat, a ajouté sur RTL l'avocat du roi du Maroc. "Le contrat, c'est en réalité la signature de leur culpabilité et la signature de ce chantage", a-t-il dit. Me Eric Moutet, l'avocat de Catherine Graciet a invité à la prudence concernant les accusations formulées contre les deux journalistes. "Le royaume du Maroc a des comptes extrêmement lourds et un passif à solder avec Catherine Graciet. Ce dossier démarre, il y a des propos imprudents surtout dans le contexte de risques d'attentats, parler de terrorisme dans une affaire comme celle-là parait un petit peu avancé. Complot ou pas complot, je n'en sais rien. Il est clair qu'ils ont été attirés dans un traquenard", a-t-il dit sur BFM-TV. (Gérard Bon)

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M4484897
    29 août10:05

    Une Belle magouille pour arrêter deux ecrivaillons dont on ne dit pas qu'ils sont présumés innocents comme on le ferait pour d'autres as a seins

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer