1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Champignon tueur dans les hôpitaux : «Il va forcément arriver en France»
Le Parisien05/05/2019 à 20:37

Champignon tueur dans les hôpitaux : «Il va forcément arriver en France»

Déjà l'an passé, la newsletter de la Société française d'hygiène hospitalière (SF2H) qu'il préside, faisait un important focus sur le Candida auris. S'il refuse de céder à la peur, et rappelle que seule une poignée de cas ont été référencés en France, Pierre Parneix, médecin hygiéniste au CHU de Bordeaux, insiste sur la nécessité de prévenir la propagation de ce champignon ultrarésistant et dangereux qui se répand dans les hôpitaux aux États-Unis, en Inde mais aussi en Europe.Qui est Candida auris ?PIERRE PARNEIX. Un membre de la famille nombreuse des champignons filamenteux. Le plus connu, Candida albicans, prolifère dans l'intestin et provoque des infections. Lui, Candida Auris, c'est sur la peau qu'on le retrouve. Il peut avoir un impact très grave chez les patients immunodéprimés, comme les personnes greffées ou avec une maladie hématologique. Il a la particularité de pouvoir coloniser par voie sanguine et de toucher les organes. Les complications infectieuses sont responsables de 30 à 60 % de décès. Il faut donc le prendre très au sérieux. LIRE AUSSI > Le champignon tueur des hôpitaux a été découvert dans l'oreille d'un JaponaisComment arrive-t-il dans les hôpitaux ?Comme toute infection, il peut être nosocomial, c'est-à-dire associé aux soins. Le germe Auris se développe lors de la pose d'un cathéter veineux, d'une incision, d'une chirurgie, etc. Par définition peuplés de gens fragiles, les hôpitaux sont donc pour lui de bons lieux de transmission.Il sème la panique aux États-Unis, émerge en Angleterre, en Espagne. En France, doit-on avoir peur de ce champignon ?Même si je n'exclus pas que le nombre de cas soit sous-estimé, il est encore marginal en France. La peur n'est pas la bonne stratégie. Il faut avoir conscience du risque, réel, et le prendre sérieusement en considération. Cela passe par un dépistage plus systématique, plus rapide et par une anticipation du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • pietra3
    06 mai10:18

    Avec tous ces champignons , virus , bactéries qui nous arrivent , et que va t-il se passer quand le permafrost aura disparu ? L avenir ne s' annonce pas radieux pour ce qui est des nouvelles maladies , voir des anciennes qui refond surface ...............et notre espérance de vie risque bien de se réduire à court terme ...........................

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer