Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Centrafrique : pas de renforts français, avertit Le Drian

Le Parisien 23/01/2014 à 11:14

Centrafrique : pas de renforts français, avertit Le Drian

La France n'a pas l'intention de renforcer sa présence militaire en Centrafrique. «Ce n'est pas notre intention dans l'état actuel des choses», a déclaré ce jeudi Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, sur  i>Télé. «Il y a une montée en puissance» de la force d'interposition africaine Misca, «une meilleure coordination, l'arrivée de la force européenne, avec un espoir politique», même si des risques persistent comme «le risque de partition» qu'il faut «absolument éviter».

«Il y a un mandat des Nations unies qui prévoit en particulier que les forces africaines de la Misca se renforcent pour arriver à 6 000 militaires. Elles sont en train de se constituer, même si ça a pris un peu de temps. Et je pense qu'avec l'arrivée des soldats rwandais, des soldats du Burundi, on aura là une force significative», a expliqué le ministre. «Elle va beaucoup nous alléger, ce qui permettra aux forces françaises et africaines de se déployer sur le territoire», selon Jean-Yves Le Drian. le ministre a aussi qualifié d'«avancée significative» la mission militaire décidée par l'Union Européenne, qui aura pour mission principale de sécuriser l'aéroport de Bangui, la capitale.

VIDEO. Jean-Yves Le Drian : la France n'a «pas l'intention» d'envoyer plus de soldats

En Centrafique, où la France est intervenue le 5 décembre, Jean-Yves Le Drian a toutefois reconnu de très grosses difficultés. «Nous avons sous-estimé l'état de haine et l'esprit revanchard, l'esprit de représailles», a-t-il admis. «Il y a des actes guerriers», a-t-il dit. Ce jeudi matin, après des violences ayant fait la veille au moins dix morts, la capitale présente de nouveau un semblant de normalité. En province, la «majorité» du territoire reste sous la coupe de chefs de guerre, ont rappelé mercredi à Paris l'archevêque et l'imam de Bangui, Dieudonné Nzapalainga et Oumar Kobine Layama.

Dans «le Parisien» - «Aujourd'hui en France» ce ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.