1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Centrafrique: calme à Bangui, Nguendet président par intérim
Le Parisien13/01/2014 à 01:13

Centrafrique: calme à Bangui, Nguendet président par intérim

Après les violences meurtrières de ces derniers jours, Bangui semble revenir au calme. Des combattants Séléka et des miliciens anti-balaka qui s'affrontaient à la sortie sud de la capitale centrafricaine depuis des jours ont cessé le combat. Ce dimanche, des témoins affirment que des scènes de fraternisation ont eu lieu sous les applaudissements de la population.

Les combattants Séléka stationnés dans le quartier de Bimbo et les miliciens anti-balaka qui leurs faisaient face se sont donné des accolades, ont ajouté ces témoins dont les propos ont été confirmés à l'AFP par le chef d'état-major des forces centrafricaines, le général Ferdinand Bomboyeke. Ce dernier fait état d'«un accord obtenu» entre belligérants dans ce quartier. Il s'agit de la première scène de ce type à Bangui depuis des semaines de sanglantes violences intercommunautaires.

Le président par intérim centrafricain, Alexandre-Ferdinand Nguendet, a appelé les 100 000 personnes déplacées entassées aux abords de l'aéroport de Bangui à rentrer chez eux. Juché sur un camion et s'adressant à la foule en langue nationale sango qui l'acclamait, le président par intérim a assuré qu'«à partir d'aujourd'hui, il n'y aura plus d'armes dans les quartiers».

«Très tôt le matin, (l'opération française) Sangaris est venue faire une médiation», a rapporté de son côté Roger Kombo, responsable politique centrafricain témoin de la scène. Selon lui, les combattants «se sont donné des accolades. Ils ont demandé pardon sous les applaudissements du public». Les combattants des deux camps se sont ensuite «rendus ensemble au marché du quartier et ont rouvert la barrière située au PK-9, permettant à la population de circuler à nouveau dans le quartier», a-t-il précisé.

«Nous n'avions pas de raison de nous battre puisque Djotodia est parti»

Le commandant des combattants Séléka dans ce quartier, le capitaine Souleimane Daouda, a assuré être ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer