1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Centrafrique-Au moins 3 morts dans des violences à Bangui
Reuters15/10/2014 à 21:11


(Actualisé avec bilan, citation) BANGUI, 15 octobre (Reuters) - Au moins trois personnes ont été tuées lors d'attaques de miliciens chrétiens "anti-balaka" à Bangui, la capitale de la République centrafricaine, dont plusieurs centaines d'habitants dont dû fuir leur maison pour échapper aux violences, ont annoncé les autorités mercredi. Les affrontements ont débuté mardi soir par la mise à sac par des hommes armés de plusieurs maisons d'un quartier proche de la résidence de la présidente Catherine Samba-Panza. "Les anti-balaka ont mis le feu à 22 maisons. Trois personnes ont été tuées, dont deux brûlées vives dans leur maison", a déclaré à Reuters Joseph Tagbale, maire du quartier. Il a ajouté que des casques bleus rwandais de la Minusca, la mission des Nations unis dans le pays, étaient déployés près de la résidence présidentielle mais qu'ils ne s'aventuraient pas dans les quartiers avoisinants. Plusieurs centaines de personnes se sont réfugiées dans l'église catholique Saint-Paul. Bangui a été le théâtre la semaine dernière de trois jours d'affrontements sans précédent depuis des mois entre musulmans armés et miliciens chrétiens anti-balaka. Le gouvernement intérimaire a estimé mardi que ces violences, qui ont fait plus de dix morts, étaient coordonnées et s'inscrivaient dans un projet de coup d'Etat, parlant de "coalition de forces négatives". Les anti-balaka, comme les rebelles musulmans de la Séléka, réclament la démission de Catherine Samba-Panza. (Crispin Dembassa-Kette,; Henri-Pierre André et Marc Angrand pour le service français)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer