Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Cécile Duflot veut résorber les bidonvilles

Reuters31/01/2014 à 18:19

CÉCILE DUFLOT VEUT RÉSORBER LES BIDONVILLES

PARIS (Reuters) - La ministre du Logement Cécile Duflot a annoncé vendredi le lancement d'une "mission bidonvilles" qui doit apporter des solutions à ces zones d'habitations de fortune où vivent 85.000 personnes en France, selon la Fondation Abbé Pierre.

La ministre, qui s'exprimait devant les militants de la Fondation Abbé Pierre à l'occasion de la publication de son rapport annuel sur le mal-logement, a reconnu que la circulaire sur les démantèlement de bidonvilles était imparfaite.

Elle souligne que les démantèlements secs ne fonctionnent pas et demande que des solutions, comme la mobilisation de sites ou de places existantes, précèdent ces destructions.

"Nous avons été capables, dans des situations encore plus difficiles d'y faire face, dans les années 60, et donc nous allons renouer avec une capacité d'intervention qui permettra de résoudre de manière définitive la question des bidonvilles", a-t-elle ajouté lors d'une conférence de presse.

Elle a indiqué que cette mission était créée en partenariat avec l'Adoma, l'opérateur historique créé à cette époque, si des moyens financiers lui serait attribués.

Selon la Fondation, 85.000 personnes vivent dans des habitations de fortune en France et 141.500 sont dans la rue.

Ces derniers ont augmenté de 50% entre 2001 et 2013, a déclaré Christophe Robert, son délégué général adjoint.

Cette situation résulte de la précarisation des emplois et de l'augmentation du chômage conjuguées au manque et au prix des logements, a-t-il souligné.

"On a un double processus qui crée des tensions extrêmes pour un nombre croissant de personnes, des personnes qui sont à la rue, qui augmentent de 50% entre 2001 et 2013 selon l'Insee, des personnes qui ne peuvent pas se loger dans les conditions actuelles du marché", a-t-il déclaré sur France Info.

60 ANS DE MAL-LOGEMENT

Aux 694.000 personnes, au total, sans domicile personnel en France, s'ajoutent près de 2,8 millions de personnes vivant dans des conditions très difficiles, qui font face à une privation de confort ou à un surpeuplement de leur foyer.

Au total, 3,5 millions de personnes sont mal logées en 2014. Elles étaient plus de 3,6 millions en janvier 2013.

"Vous avez ceux qui sont en grande difficulté mais vous avez aussi toute une partie de la population qui se fragilise dans le domaine du logement y compris quand on travaille", a dit Christophe Robert, citant les salariés dormant dans leur voiture.

Le loyer représente aujourd'hui 25% en moyenne du budget des Français, a-t-il souligné, précisant que la part respective du logement et de l'alimentation dans ce budget s'était inversée en 30 ans.

Christophe Robert a déploré le manque d'avancées depuis l'appel lancé par l'Abbé Pierre le 1er février 1954, dont l'hiver fut particulièrement rude, regrettant un échec considérable de l'ensemble de notre société".

Il a estimé que la loi Alur sur le logement, actuellement débattue au Sénat, fournirait des outils protégeant les locataires, notamment contre les expulsions, mais qu'elle ne remplacerait pas l'action sociale, le travail des association.

"Il y a des avancées majeures et c'est vrai qu'il y a eu un changement d'orientation, par exemple sur la vision qu'on a du marché du logement. Vouloir encadrer les prix, c'est une manière différente de présenter les choses", a-t-il dit, appelant également à la construction de nouvelles habitations.

Le gouvernement vise 500.000 constructions de logements par an. En 2013, 330.000 logements, sociaux et classiques, ont été construits, selon le ministère.

Cécile Duflot a d'autre part lancé une réforme de l'hébergement d'urgence, pour mettre fin à la gestion saisonnière, réduire le recours aux hôtels et développer des structures d'accueil pérennes. (voir )

Marion Douet, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.