Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

CDU et SPD veulent renforcer la zone euro avec la France
Reuters12/01/2018 à 11:51

CDU ET SPD VEULENT RENFORCER LA ZONE EURO AVEC LA FRANCE

CDU ET SPD VEULENT RENFORCER LA ZONE EURO AVEC LA FRANCE

par Noah Barkin et Andreas Rinke

BERLIN (Reuters) - L'Union chrétienne démocrate (CDU) de la chancelière allemande Angela Merkel et les sociaux-démocrates du SPD se sont engagés vendredi à renforcer la zone euro en étroite collaboration avec la France, indique leur document de négociation dont Reuters a pris connaissance.

Au terme d'une nuit de discussions exploratoires, les conservateurs et les sociaux-démocrates ont établi un document de 28 pages fixant le cadre de futures discussions formelles en vue de la constitution d'un gouvernement de coalition en Allemagne.

Ce document doit être présenté aux dirigeants des deux formations politiques qui ont gouverné ensemble, au sein d'une "grande coalition", entre 2013 et 2017.

Les deux formations indiquent dans cette feuille de route qu'elles souhaitent transformer le Mécanisme européen de stabilité (MES) en un fonds monétaire européen et se prononcent pour des "fonds spécifiques" qui seraient consacrés à la stabilisation économique, la convergence sociale et la réforme structurelle de la zone euro.

Ces fonds, ajoutent-elles, pourraient constituer la base d'un futur "budget d'investissement" de la zone euro.

"En étroite collaboration avec la France, nous voulons renforcer de manière durable et réformer la zone euro, de manière à ce que l'euro résiste mieux aux crises mondiales", lit-on dans le document, en vertu duquel l'Allemagne serait également disposée à augmenter sa contribution au budget de l'Union européenne (UE).

Ces propositions contenues dans un chapitre intitulé "Un nouvel éveil pour l'Europe" apparaissent comme la réponse la plus concrète apportée par Berlin aux idées de réformes avancées par Emmanuel Macron lors de son discours à la Sorbonne en septembre.

Dans cette allocution baptisée "Initiative pour l'Europe", le président français proposait une feuille de route sur une période de dix ans afin de réformer la zone euro tout en assumant une "Europe à plusieurs vitesses".

RÔLE CRUCIAL DU COUPLE FRANCO-ALLEMAND

Emmanuel Macron proposait la création d'un "groupe de la refondation européenne" pour définir d'ici l'été 2018 des propositions, dont il fixait l'horizon à 2024, et dont la campagne des élections européennes de 2019 pourrait s'emparer. [nL8N1M72MP]

"C'est beaucoup mieux que ce que voulait faire la (coalition) Jamaïque. Bonne ouverture pour la coopération DE-FR", a estimé sur son compte Twitter, Henrik Enderlein, directeur de l'Institut Jacques Delors à Berlin. "Mais sur ces questions, le diable est dans les détails. Et les négociations essentielles sont encore à venir", ajoute-t-il.

La coalition dite "Jamaïque" désignait l'association inédite au niveau national de la CDU/CSU, du FDP et des Verts. Celle-ci n'a jamais vu le jour en raison de divergences entre les trois partenaires après des semaines de discussions.

Le document approuvé par la CDU et le SPD reconnaît que l'Europe doit prendre progressivement son destin en main en raison des changements dans la relation avec les Etats-Unis et des défis posés par une Chine qui se renforce et une Russie plus agressive.

Le texte admet le rôle crucial que la coopération franco-allemande doit jouer dans ce processus, affirmant que le renouveau de l'UE ne pourra s'accomplir que si Berlin et Paris "travaillent ensemble de toutes leurs forces" dans ce but.

Merkel avait fait l'objet de critiques au cours des dernières semaines pour ne pas avoir répondu aux propositions d'Emmanuel Macron.

Elle avait promis lors du Conseil européen du mois de décembre d'oeuvrer à dégager des positions communes sur l'Europe avec le président français d'ici le mois de mars.

Tout va dépendre désormais de sa capacité à constituer une nouvelle "grande coalition" avec les sociaux-démocrates après celles qu'elle a dirigées entre 2005 et 2009 puis entre 2013 à 2017.

(Pierre Sérisier pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

5 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • jean.coq
    12 janvier13:19

    josi324 - bien entendu la base de la SPD doit voter mais je ne doute que les principaux chefs sauront expliquer à la base pourquoi ils doivent voter "oui". Un refus de la base, pourrait conduire à de nouvelles élections moins favorables pour la SPD.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer