Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Catalogne-Après l'épreuve de force, le dialogue
Reuters10/11/2014 à 17:53


par Elena Gyldenkerne et Inmaculada Sanz BARCELONE, 10 novembre (Reuters) - Au lendemain de la consultation symbolique sur l'indépendance de la Catalogne, point culminant d'une bataille politique et légale qui dure depuis deux ans, Madrid et Barcelone s'apprêtent à adopter une nouvelle approche : celle du dialogue. Les deux camps se sont mutuellement accusés de bafouer la démocratie à l'occasion de la "consultation citoyenne" non contraignante de dimanche, organisée par les autorités catalanes après l'arrêt de la Cour constitutionnelle interdisant la tenue d'un référendum en bonne et due forme. Plus de 80% ont répondu "oui" aux deux questions soumises à la consultation: "Est-ce que la Catalogne est un Etat ?" et, dans l'affirmative, "Voulez-vous que cet Etat soit indépendant ?". ID:nL6N0T00J5 En dépit des tensions, les autorités régionales et centrales ont jugé le moment venu d'envisager une voie médiane entre statu quo et sécession à même de satisfaire les aspirations nationalistes et d'accorder à la région des subsides en accord avec sa contribution à la richesse nationale. Artur Mas, président de la Généralité de Catalogne, doit présenter dans la semaine une offre de dialogue qui reprendra sans doute les propositions faites en juillet et appellera à nouveau à la tenue d'un véritable référendum d'autodétermination. Mariano Rajoy, chef du gouvernement, s'est quand à lui dit prêt à étudier ces propositions mais aussi à envisager une réforme du financement des 17 régions autonomes et de la Constitution. Le fait que 2,2 millions de Catalans, soit un peu plus de 40% des électeurs inscrits, aient pris part à la consultation de dimanche montre la nécessité du dialogue, estime Jordi Matas, professeur de droit et de sciences politiques à l'université de Barcelone. "UNE FAUTE POLITIQUE MAJEURE" "Cela doit inciter les responsables catalans et espagnols à (...) négocier et à conclure un accord sur la Catalogne qui satisfasse les deux camps", ajoute-t-il. D'El Pais à gauche à El Mundo à droite en passant par La Vanguardia, premier quotidien catalan, la presse est également de cet avis. "Une telle mobilisation pacifique est sans précédent dans l'Europe démocratique (...) L'ignorer ou la minimiser serait une erreur. A ce stade, une confrontation serait une faute politique majeure", écrit La Vanguardia. Ce dialogue ne s'annonce toutefois pas simple. Faute de disposer de la majorité absolue au parlement régional, Convergència i Unió (CiU), parti de centre droit dont Artur Mas est issu, compte sur l'appui d'Esquerda Republicana de Catalunya (ERC). Or, cette formation de gauche réclame des élections anticipées et une proclamation d'indépendance en préalable à des discussions avec Madrid. Des élections locales et nationales doivent par ailleurs avoir lieu l'année prochaine et toute concession au indépendantistes catalans pourrait avoir de fâcheuses conséquences pour le Parti Populaire (PP) de Mariano Rajoy. Ni lui ni Mas ne se sont exprimés au lendemain de la consultation catalane. Le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), principale formation de l'opposition, prône quant à lui l'instauration d'un régime fédéral. "Nous devons inscrire la spécificité de la Catalogne dans la Constitution. Il est encore temps, mais la volonté politique fait défaut", a déploré Pedro Sanchez, secrétaire général du parti. (avec Julien Toyer, Jean-Philippe Lefief pour le service français, édité par Marc Angrand)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer