Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Carburants : nouvelle hausse des prix, qui ont atteint de nouveaux sommets en France
information fournie par Boursorama avec Media Services22/02/2022 à 09:06

( AFP / PHILIPPE HUGUEN )

( AFP / PHILIPPE HUGUEN )

Le litre du Super SP95 était en moyenne à 1,7924 euro, soit une augmentation de 1,14 centime par rapport à la semaine précédente, selon des données arrêtées vendredi dernier.

Des tarifs fluctuant aussi selon les tensions géopolitiques. Les prix des carburants routiers vendus en France ont atteint de nouveaux sommets la semaine dernière, selon les chiffres publiés lundi 21 février par le ministère de la Transition écologique.

Le litre du Super SP95 était en moyenne à 1,7924 euro, soit une hausse 1,14 centime par rapport à la semaine précédente, selon des données arrêtées vendredi dernier. Le SP98 était à 1,8505 (+ 1,39 centime). Le gazole était pour sa part à 1,7051 euros le litre, soit 0,56 centime d'augmentation.

Le prix des carburants suit les cours du brut, nourris par les tensions géopolitiques, à leur comble autour de l'Ukraine, et l'offre de pétrole toujours limitée des grands pays producteurs.

La hausse des prix était cependant modérée lundi par les négociations autour du nucléaire iranien, la possibilité d'un accord laissant entrevoir la perspective d'un Iran en pleine capacité d'exporter son pétrole.

Pour autant, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a fait état de "progrès significatifs" dans les pourparlers mais prévenu que "les problèmes restants (étaient) les plus difficiles".

Bruno Le Maire, opposé à une baisse des taxes

Vendredi 11 février, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a redit son opposition à une baisse des taxes sur les carburants, mais s'est dit ouvert à flécher ces taxes vers le financement de la transition écologique.

"Est-ce qu'on veut vraiment baisser les taxes sur les énergies fossiles? Est-ce que c'est vraiment la bonne politique pour nous aider à accélérer la transition écologique ?", s'est-il interrogé sur CNews .

"Moi je préfère m'engager devant les Français à ce que toutes les recettes fiscales issues des énergies fossiles soient fléchées vers la décarbonation de notre économie, vers la transition écologique", a-t-il proposé.

"Je préfère qu'on travaille là-dessus plutôt que de baisser la fiscalité sur l'essence ou sur le diesel qui va coûter des dizaines de milliards d'euros à l'Etat et qui se verra assez peu dans la poche des Français", a-t-il dit.

Selon les évaluations de Bercy, un gain de 10 centimes sur le litre de carburant obtenu par une baisse de taxe représente un manque à gagner de 5 milliards d'euros de recettes pour l'Etat.

Depuis l'automne, le gouvernement a déployé plusieurs mesures (chèque énergie, indemnité inflation, plafonnement du prix du gaz et de l'électricité, etc.) pour tenter de limiter l'impact de la flambée des prix de l'énergie sur le pouvoir d'achat des Français, pour un coût dépassant les 15 milliards d'euros.

4 commentaires

  • 22 février11:15

    Une bonne tête de gagnant le gars Bruno !