Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Cannabis: un rapport parlementaire prône une "légalisation régulée"
AFP05/05/2021 à 16:28

Le député Francois-Michel Lambert brandit un joint à l'Assemblée le 4 mai 2021 pour défendre la légalisation du cannabis proposée par une mission parlementaire ( AFP / Christophe ARCHAMBAULT )

Le député Francois-Michel Lambert brandit un joint à l'Assemblée le 4 mai 2021 pour défendre la légalisation du cannabis proposée par une mission parlementaire ( AFP / Christophe ARCHAMBAULT )

Légaliser le cannabis pour "reprendre le contrôle" face aux trafiquants et mieux protéger les mineurs: c'est ce que recommandent les députés d'une mission parlementaire dans un rapport publié mercredi, aux antipodes de la lutte antidrogue défendue par le gouvernement.

"On propose de reprendre le contrôle en légalisant, mais avec une légalisation encadrée, régulée, considérant que la légalisation est la meilleure façon de prévenir les risques associés au cannabis et de rétablir la sécurité, donc finalement de protéger les Français", a résumé en conférence de presse Caroline Janvier, la députée LREM qui a coordonné ce travail.

Pilotée par certains membres de la majorité présidentielle, la mission se défend de "faire preuve de laxisme" et constate "l'échec" des politiques publiques, après de multiples auditions de médecins, policiers, magistrats et chercheurs. 

"L'Etat assiste de manière impuissante à la banalisation du cannabis chez les jeunes et à la détérioration de la sécurité" malgré une "politique répressive française qui coûte cher et mobilise à l'excès les forces de l'ordre", notent les députés.

Le ministre Gérald Darmanin assiste à un exercice de détection de cannabis par une brigade canine des douanes à Gennevilliers en mars 2018 ( AFP / Philippe LOPEZ )

Le ministre Gérald Darmanin assiste à un exercice de détection de cannabis par une brigade canine des douanes à Gennevilliers en mars 2018 ( AFP / Philippe LOPEZ )

Le budget alloué à la police, à la gendarmerie et aux douanes pour la lutte antidrogue a quasiment doublé entre 2012 et 2018 pour atteindre 1,08 milliard d'euros annuels, remarquent-ils.

Pourtant, la France reste championne d'Europe de la consommation de cannabis, avec 5 millions d'usagers annuels et 900.000 fumeurs quotidiens. En léger recul, la consommation des mineurs reste deux fois supérieure à la moyenne européenne.

- "Mythe" -

Un "échec" sanitaire patent, malgré une politique qui cible plus les consommateurs de cannabis que les trafiquants. Sur les 160.000 infractions à la législation sur les stupéfiants relevées en 2020, 81% concernent l'usage.

Le rapport déboulonne au passage le "mythe" d'une France parmi les plus répressives d'Europe.

Si l'usage de drogues est passible d'un an de prison et de 3.750 euros d'amende, l'immense majorité des consommateurs écope tout juste d'un rappel à la loi ou d'une amende. Quant au trafic, la moyenne des peines prononcées pour la détention de 10 kilos de cannabis classe la France comme... le troisième pays européen le moins répressif.

Les députés dénoncent donc "l'hypocrisie des discours de fermeté régulièrement tenus". Emmanuel Macron a récemment fait de l'éradication des trafics de stupéfiants "la mère des batailles" et son ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin salue sur Twitter chaque "démantèlement" de "point de deal".

Cette politique, avec son plan anti-stupéfiants et l'instauration depuis septembre d'une amende forfaitaire pour usage de drogues de 200 euros, semble toutefois, aux yeux des députés, "condamnée à échouer comme les précédentes".

Moins dangereuse pour les adultes que l'alcool ou le tabac, cette drogue représente d'abord une menace pour les mineurs, chez qui la consommation double les risques de schizophrénie ou de troubles anxieux, voire dépressifs ( AFP / Kena Betancur )

Moins dangereuse pour les adultes que l'alcool ou le tabac, cette drogue représente d'abord une menace pour les mineurs, chez qui la consommation double les risques de schizophrénie ou de troubles anxieux, voire dépressifs ( AFP / Kena Betancur )

Leur rapport recadre les défis posés par le cannabis, travaux de recherche à l'appui. Moins dangereuse pour les adultes que l'alcool ou le tabac, cette drogue représente d'abord une menace pour les mineurs, chez qui la consommation double les risques de schizophrénie ou de troubles anxieux, voire dépressifs.

- Modèle français -

Pourtant, la prévention se résume souvent à une séance d'information par an, organisée de manière très aléatoire selon les établissements scolaires.

En cas de légalisation, les recettes fiscales pourraient atteindre "2 milliards d'euros" et financer en priorité cet objectif, arguent les députés.

"On propose une vraie politique de réduction des risques et d'arrêter de faire la guerre à l'usager pour réorienter réellement la police vers la lutte contre les trafics", insiste Mme Janvier auprès de l'AFP.

Dans cette perspective, le rapport analyse la légalisation en cours au Canada et dans une quinzaine d'Etats américains, qui semble se traduire par une baisse de la consommation des mineurs et une réduction du marché noir. Et détaille les conditions d'un possible "modèle français de légalisation réglementée".

Quel prix fixer pour concurrencer les trafiquants ? Dans quels lieux permettre l'usage ? Faut-il créer des boutiques interdites aux mineurs, qui accèdent trop facilement à l'alcool et au tabac en France ? Comment réinsérer les petites mains du trafic ? Les questions sont nombreuses.

Les députés préconisent un débat national à l'Assemblée, une convention citoyenne comme pour le climat voire un référendum ( AFP / Robert ATANASOVSKI )

Les députés préconisent un débat national à l'Assemblée, une convention citoyenne comme pour le climat voire un référendum ( AFP / Robert ATANASOVSKI )

Pour les trancher, les députés préconisent un débat national à l'Assemblée, une convention citoyenne comme pour le climat voire un référendum.

Des suggestions auxquelles l'exécutif sera peu sensible. Dix jours avant ce rapport, Emmanuel Macron a exclu tout changement législatif et réclamé plutôt "un grand débat national sur la consommation de drogues et ses effets délétères".

"La droite n'évoluera pas du tout là-dessus dans le débat présidentiel, Emmanuel Macron non plus", regrette auprès de l'AFP le député LR Robin Reda, qui a présidé cette mission. "On est sans doute sur un sujet post-2022."

rfo/ito/tes

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • janaliz
    06 mai16:52

    M669... vous me faites peur !!!

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer