1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Canicule : au lit, votre moitié est-elle votre pire ennemie ?
Le Parisien25/06/2019 à 19:59

Canicule : au lit, votre moitié est-elle votre pire ennemie ?

Quand la chambre se transforme en four, partager le même lit devient parfois un calvaire. Et c'est pire en ces temps de canicule. Jeanne, architecte de 30 ans qui habite pourtant au 7e étage d'un immeuble parisien et « pionce » la tête « à la fenêtre », peut en témoigner. « Lundi soir, mon compagnon s'est levé, puis s'est allongé un peu trop près de moi. Je lui ai dit : Là, ça ne va pas être possible », se marre-t-elle. « La distance de sécurité augmente avec la chaleur et diminue avec le froid », poursuit-elle.Jeanne n'est pas la seule à instaurer un no man's land à l'heure du coucher. Selon une étude OpinionWay pour Climsom, spécialiste du bien-être par la thermothérapie, près de la moitié (46 %) des Français (36 % des hommes et 56 % des femmes) se sentent gênés par la proximité de leur conjoint la nuit durant la chaleur de l'été et 39 % considèrent que faire lit à part est une solution efficace pour mieux dormir. VIDÉO. Pourquoi fait-il si chaud Ils sont 18 % à être prêts à « squatter » le canapé et même 16 % à (tenter de) fermer l'œil... par terre ! Mais pourquoi donc l'atmosphère est si « hot » dans un lit double ? « L'organisme est une source de chaleur. Si on est proche, les deux s'additionnent », décrypte la docteure Joëlle Adrien, présidente de l'Institut national du sommeil et de la vigilance. Problème : plus la température grimpe, moins on arrive à trouver le sommeil. « Au-delà de 27 à 28 °C dans une chambre, ça devient difficile, le corps a trop chaud, souligne François Baumann, médecin généraliste, spécialiste de la fatigue. La nuit se fait en pointillé. »Des oreillers adaptésAlors, faut-il se débarrasser de sa moitié pour réussir à rejoindre les bras de Morphée ? L'envoyer, par exemple, sur le sofa ? Peut-être pas. Car il existe un compromis. « L'important, c'est qu'il n'y ait pas de niche thermique, cette chaleur qui stagne à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer