1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Cancers d'enfants à Sainte-Pazanne : «Il faut sauver les autres gamins»
Le Parisien07/04/2019 à 20:12

Cancers d'enfants à Sainte-Pazanne : «Il faut sauver les autres gamins»

C'est en ouvrant le journal qu'il a soudain fait le lien avec la mort de sa fille. « Mystère à Sainte-Pazanne », « hausse des tumeurs pédiatriques ». Il y a quelques jours, Brice Rethore, 51 ans, découvre, effaré, dans nos colonnes, que douze cas de cancers viennent d'être recensés, en quatre ans, chez des enfants vivant dans cette ville de 6 500 habitants et ses alentours, près de Nantes (Loire-Atlantique). C'est deux fois plus que la moyenne nationale, mais combien encore ? En quelques lignes, son passé vient de resurgir.Ici, cet électromécanicien a aussi perdu sa fille Audrey, 20 ans, d'une leucémie en 2013. « Je me suis dit, il y a un problème ! confie-t-il alors que l'enquête vient d'être relancée par les autorités. À l'époque, aucun médecin n'a pu me donner de réponse. Il faut que la vérité sorte ! », lâche celui qui a, depuis, fui son passé, à 90 km de là, au nord de Nantes. Bien décidé à rejoindre le collectif, Brice crie sa colère, avance des pistes : « Peut-être l'eau ? Ou alors le sol ? Qu'ils aillent analyser la terre où j'ai fait construire mon terrain », incite-t-il.«Je veux que la mort de ma fille serve à quelque chose»C'était en 2007. Engagé dans une entreprise nantaise, il emménage à Sainte-Pazanne avec sa femme et ses deux enfants. Audrey, 15 ans, « métalleuse comme la famille », adore sa nouvelle école, parcourt les festivals avec ses parents. Mais deux ans plus tard, elle leur téléphone alors qu'ils voyagent en Grèce. Elle ne se sent pas bien. À leur retour, quatre jours plus tard, Brice la retrouve des bleus partout sur le corps, le visage livide, respirant mal. Après des examens, l'hôpital de Nantes lui téléphone : « Votre fille a une leucémie, elle doit venir vite ».Brice, sapeur-pompier bénévole, comprend tout de suite. Au bout de quelques jours, le verdict tombe : « Les médecins m'ont dit qu'il n'y avait aucun espoir, glisse-t-il, la gorge ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • qleraz
    07 avril23:21

    entre les malformations d'enfants et les leucémies localisées que font la multitude de fonctionnaires de bureau de la santé ?

    Signaler un abus

  • nayara10
    07 avril21:00

    Une TAXE ....

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer