Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Campagne vaccinale : les médecins libéraux s'insurgent contre les lenteurs et les blocages
Boursorama avec Media Services14/01/2021 à 15:18

Seul "un sixième des vaccins livrés par Pfizer" a été utilisé, estiment les médecins libéraux.

(illustration) ( AFP / JEAN-PHILIPPE KSIAZEK )

(illustration) ( AFP / JEAN-PHILIPPE KSIAZEK )

Il faut "rapprocher le vaccin des patients", mais les pouvoirs publics empêchent les médecins libéraux de participer efficacement à la campagne vaccinale française, ont dénoncé jeudi 14 janvier deux des principaux syndicats de médecins libéraux.

La "colère" monte chez les généralistes, a averti Jacques Battistoni, président de MG France, lors d'une conférence de presse. "On ne donne pas les moyens de fonctionner aux centres de vaccination libéraux" pour administrer le vaccin contre le Covid-19, a-t-il affirmé, témoignages à l'appui.

"On n'a pas des autorisations facilement, ni de dotations en vaccins, qu'on doit négocier", a-t-il précisé, fustigeant une différence de traitement avec l'hôpital. "On voit une sorte de recentrage sur les centres hospitaliers" , qui concentrent "à la louche les trois quarts" des centres de vaccination ouverts à ce jour.

"Ca permet de faire monter plus rapidement les chiffres" de vaccination, mais "il sera plus difficile d'aller chercher les personnes de plus de 75 ans près de chez elles", a-t-il prévenu.

70% des libéraux prêts à vacciner

Jacques Battistoni a plaidé pour "rapprocher le vaccin des patients", avec "une distance qui doit être la plus courte possible", soulignant qu'au moins 70% des généralistes "sont prêts à vacciner eux-mêmes" , d'après un sondage réalisé la semaine dernière auprès de 2.350 praticiens.

"Il faut accélérer", a également estimé Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF, premier syndicat chez les médecins libéraux, qui a "l'impression que l'administration est empêtrée dans sa lourdeur". "On a utilisé un sixième des vaccins livrés par Pfizer" , soit un peu moins de 250.000 personnes sur environ 1,5 million de doses reçues, a-t-il souligné.

"Débloquez-nous tous ces flacons !", a-t-il lancé, ajoutant que "tout jour perdu a des impacts catastrophiques d'un point de vue sanitaire et économique". Cela devrait notamment permettre "que tous les soignants soient vaccinés dans les plus brefs délais, et pas seulement ceux de plus de 50 ans".

"Le pays doit tout faire pour préserver ses soignants qui sont au front" , a-t-il justifié, en particulier pour les médecins, dont la vaccination "a valeur d'exemple" auprès des infirmiers et aides-soignants chez lesquels "l'adhésion est beaucoup moins massive".

18 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • vnetter
    15 janvier09:34

    Evidemment, puisque le but Macron et de sa bande, toujours ennemi réel du méchant "secteur privé", c'est de faire durer la maladie pour éterniser leur dictature sanitaire. Plus le plaisir malsain de faire souffrir les français du bas.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer