Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Cambadélis favori pour prendre les rênes d'un PS en crise

Reuters15/04/2014 à 22:19

CAMBADÉLIS FAVORI POUR PRENDRE LES RÊNES D'UN PS EN CRISE

par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - Les dirigeants d'un Parti socialiste en crise se sont réunis mardi pour élire le successeur de Harlem Désir au poste de premier secrétaire auquel devrait, sauf surprise, accéder le député de Paris Jean-Christophe Cambadélis.

Des voix discordantes dénonçant un processus de désignation peu démocratique se sont élevées dès avant la tenue du conseil national destiné à acter le remplacement de Harlem Désir, promu secrétaire d'Etat aux Affaires européennes après deux années contestées à la tête du parti majoritaire.

Plusieurs mouvements issus de l'aile gauche du parti ont annoncé leur intention de présenter un candidat, le député de la Nièvre Sylvain Mathieu, s'ils n'obtiennent pas la tenue d'un congrès extraordinaire pour consulter les militants.

Le conseil national, "parlement" du PS, rassemble quelque 300 élus dont une quarantaine s'opposeraient à la procédure de désignation de Jean-Christophe Cambadélis, 62 ans.

Dans des extraits de son discours diffusés sur Twitter, l'élu reconnaît que les Français "doutent que la gauche applique son dessein de justice".

"Nous devons juguler la crise et ne pas transformer le PS en bateau ivre", a-t-il déclaré. "Un débat sur la ligne, très bien, mais dans l'ordre, et maîtrisé". Son programme : "Reformuler notre socialisme, rénover notre organisation, rassembler la gauche".

A son arrivée à la réunion, le président du groupe PS à l'Assemblée nationale, Bruno Le Roux, a appelé à l'unité.

"Personne ne comprendrait que nous nous regardions le nombril au moment où nous avons à tirer encore des leçons des élections", a-t-il dit aux journalistes.

Harlem Désir a été écarté à la suite de la débâcle de la majorité aux élections municipales, fin mars. Un échec que le PS craint de voir se répéter au scrutin européen du 25 mai.

Manuel Valls, nouveau Premier ministre depuis le 31 mars, a renoncé à participer au conseil national. Dans son discours, Jean Christophe Cambadélis a dit son intention de travailler "main dans la main" avec le gouvernement et d'inviter le chef de la majorité à "échanger" avec les responsables socialistes.

"UN PARC À MOUTONS"

Il propose en outre le lancement d'"états généraux des socialistes" et la création d'un secrétariat provisoire de 30 membres mis en place "jusqu'au prochain congrès".

Une proposition qui risque de ne pas satisfaire les militants qui réclament un vote en bonne et due forme.

Harlem Désir a proposé dès sa nomination, mercredi dernier, que Jean-Christophe Cambadélis lui succède alors que les statuts prévoient une élection par les adhérents lors d'un congrès.

Le mode de désignation de l'ancien strauss-kahnien a été jugé inacceptable par de nombreux élus socialistes.

"C'est pas un parc à moutons mon parti, c'est la démocratie !", a déclaré Gérard Filoche, membre du bureau national du PS. "Les militants auront toujours à la fin leur mot à dire, ce sera les sans-culottes du Parti socialiste, c'est toujours eux qui gagnent les Bastille".

Un avis partagé par le député Henri Emmanuelli.

"Nous pensons que les militantes et les militants, et à travers eux les sympathisants, ont le droit de dire un mot sur leurs orientations. Donc soit on nous accorde un congrès extraordinaire à l'automne, soit on présentera un candidat".

La crise à la tête du PS a exacerbé des tensions déjà avivées par la nomination de Manuel Valls, à qui une dizaine de députés socialistes n'ont pas voté la confiance faute du changement de cap réclamé par les 86 signataires d'un "contrat de majorité" en ce sens.

Le sujet de l'orientation politique choisie par François Hollande devait aussi être abordé en conseil national, alors que Manuel Valls a confirmé lundi que la France tiendrait ses engagements européens de ramener le déficit à 3% du PIB en 2015.

"Ce n'est pas souhaitable et pas réalisable. La vérité consiste à dire que nous n'aurons pas 3% fin 2015", a dit la sénatrice Marie-Noëlle Lienemann. Pour le député Christian Paul, "le gouvernement, s'il souhaite que sa majorité fasse un bon résultat aux européennes, n'a pas intérêt à se caler aujourd'hui sur les seules attentes d'une Commission finissante".

(Edité par Sophie Louet)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.