Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Cahuzac ou la "contradiction" entre l'homme privé et public

Reuters12/09/2016 à 14:02

DEUXIÈME SEMAINE DU PROCÈS DE JÉRÔME CAHUZAC

par Chine Labbé

PARIS (Reuters) - Jérôme Cahuzac a expliqué lundi sa chute par son incapacité à lever la "contradiction" entre ses vies publique et privée, avec des responsabilités accrues, des revenus moindres, mais une volonté de conserver un certain train de vie.

L'ex-ministre du Budget, contraint à la démission en mars 2013 après les révélations sur son compte caché à l'étranger, est jugé depuis le 5 septembre pour fraude fiscale, blanchiment et fausse déclaration de patrimoine.

"Je n'ai pas voulu que l'homme privé, parce qu'il avait fait un choix de vie publique, ne puisse assumer ce qu'il avait toujours assumé vis-à-vis de sa famille", a-t-il déclaré lundi devant le tribunal correctionnel de Paris.

"Je n'ai pas su lever cette contradiction entre l'homme privé et l'homme public", a-t-il ajouté. "J'ai voulu garder ces responsabilités et conserver ce train de vie (...) J'ai échoué."

Le tribunal est longuement revenu lundi, au quatrième jour de son procès, sur le retrait, en 2011, de 20.800 euros en espèces, mis à sa disposition à Genève via un intermédiaire, directeur adjoint de la banque suisse Reyl & Cie.

Il s'agit du dernier retrait effectué sur son compte caché. Or il est intervenu en septembre 2011, quelques mois avant l'élection présidentielle de 2012 qui le propulsa au poste de ministre du Budget, avec la victoire de François Hollande.

"N'y a-t-il pas quelque chose qui vous retient de faire (ce dernier retrait)?" lui a demandé le président. "On n'est pas dans le vital", ajoute-t-il, rappelant que les sommes ont servi à payer une partie du mariage de sa fille aînée.

"Lorsque ces opérations se déroulent, je ne me dis pas 'tu fais ça alors que tu vas rentrer au gouvernement'", assure le ministre déchu. Et de rappeler qu'à l'époque, la primaire de la gauche n'a pas encore eu lieu.

RECONNAISSANCE DE CULPABILITÉ

Pour la banque suisse Reyl & Cie, qui a transféré les avoirs de Jérôme Cahuzac vers Singapour en 2009, la remise des espèces, par l'un de ses employés était une "erreur dommageable."

Mais "c'est l'erreur d'une personne, pas l'erreur de l'institution", a assuré à la barre son représentant, qui nie toute pratique structurelle.

Poursuivie pour blanchiment en ce qu'elle aurait "organisé" le transfert des avoirs de Jérôme Cahuzac à Singapour via des sociétés offshore à Panama et aux Seychelles, Reyl dément les faits qui lui sont reprochés.

Pourtant, en janvier dernier, la banque a accepté, sur reconnaissance préalable de culpabilité, de s'acquitter d'une amende de 2,8 millions d'euros pour blanchiment de fraude fiscale concernant les avoirs de six autres ressortissants français à Singapour.

Prié par le président du tribunal d'expliquer cette incohérence apparente, le représentant de Reyl a souligné que cette procédure, qui a fait suite aux accusations de l'ex-employé de la banque Pierre Condamin-Gerbier, n'avait mené à une condamnation que pour six comptes, sur 13 cités.

Faux, assure l'avocat du fisc français. L'absence de condamnation concernant les sept autres comptes visés par Condamin-Gerbier, qualifié de "mythomane" par la défense, est tout simplement liée au fait qu'ils n'étaient pas enregistrés chez Reyl, assure-t-il.

Jérôme Cahuzac a déclaré jeudi dernier avoir "la conviction" que ses banquiers savaient qu'il ne déclarait pas ses avoirs en France, ajoutant qu'ils avaient été à "l'initiative" du montage "sophistiqué" qui a permis leur transfert vers Singapour, ce qu'ils démentent.

Les prévenus risquent jusqu'à sept ans de prison et un million d'euros d'amende.

(Edité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.