Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

C'était le vrai Brésil du vrai Ronaldo...
So Foot02/05/2020 à 06:00

C'était le vrai Brésil du vrai Ronaldo...

Il y a eu un avant et un après-Pelé. Il y a aussi eu un avant et un après-Ronaldo. Icône du joga bonito et pionnier du foot-business, R9 a révolutionné son sport et marqué de façon indélébile un Brésil plus que jamais orphelin de ses buts et de ses grandes dents. Saudade.

Le 31 octobre 2015, à Twickenham, les All Blacks deviennent la dernière sélection sportive mythique de la planète en soulevant pour la deuxième fois de suite la Coupe du monde de rugby. Les Blacks, leur haka, leurs maoris, leur fougère d'argent et leur complet nuit ont éclipsé, pour de bon, la Dream Team américaine de basket, mais aussi l'Auriverde brésilienne au panthéon des sélections de légende. Si le succès néo-zélandais ne souffre aucune contestation possible, la bande à Dan Carter a surtout remporté la bataille contre la nostalgie, en écrivant une nouvelle page de sa légende, sans se départir de son style et de ses valeurs inimitables. Longtemps considérées, dans l'inconscient collectif, comme les références universelles de leurs disciplines respectives, la Nouvelle-Zélande, au contraire de la Dream Team et de l'Auriverde, est désormais la seule sélection au monde qui peut se targuer, aujourd'hui, d'avoir feinté le fameux "c'était mieux avant". La sélection américaine de basket ne peut pas en dire autant. Malgré ses nombreuses médailles d'or aux JO, aucune Dream Team n'a jamais égalé en matière de magie l'originelle, celle de 1992. Le pays du football, lui, a souvent gagné avec brio et toujours perdu avec romantisme. Mais ça, c'était avant. Avant que le 7-1 contre l'Allemagne, lors du dernier mondial disputé à domicile, vienne définitivement solder leur triste déclin.

"Si tous les cracks brésiliens jouaient au Brésil, notre championnat serait le All-Star Game du football." Carlos Alberto Parreira, sélectionneur du Brésil en 1994 et 2006
Jusqu'alors, la relation entre la Seleção et les (télé)spectateurs s'articulait toujours autour du concept de la joie d'offrir et du plaisir de recevoir. Un concept remplacé par de la nostalgie, des interrogations, des désillusions, voire de l'indifférence, mais aussi par des critiques saupoudrées de comparaisons odieuses avec d'illustres prédécesseurs appartenant à des générations plus dorées. Des maux contre lesquels est immunisé le pack de Dan Carter... Treize ans Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer