Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

"C'est trop tôt, 61 ans..."
So Foot28/04/2020 à 16:28

"C'est trop tôt, 61 ans..."

Suite à la triste nouvelle du décès de Michael Robinson, SO FOOT a proposé à Darren Tulett de rendre hommage à l'une de ses idoles. Voici ses mots, en version originale.

Michael Robinson est mort et je passe ma journée à me souvenir de lui, de ses buts, de cette foutue finale de FA Cup en 1983 ("and Smith must score!"), de mon adolescence que ce grand attaquant a marquée et de cette magnifique journée que j'ai eu la chance de passer avec lui à Madrid grâce a So Foot, en 2006. Le nom de Michael Robinson ne veut pas dire grand-chose en France, je le sais, ça ne vous parle pas trop, même à ceux entre vous qui ont l'âge de se souvenir du titre de champion d'Europe de Liverpool en 1984. Robinson y était. Certes dans l'ombre de Kenny Dalglish et de Ian Rush, mais l'ancien attaquant de Brighton a foulé la pelouse du Stade Olimpico lors de cette finale européenne, tout comme il était, 12 mois auparavant, sur celle de Wembley. C'était la finale de la Cup, 1983 donc. Brighton & Hove Albion, mon club, l'équipe que je supportais depuis tout petit, allait affronter Manchester United pour le trophée! Brighton, qui n'avait jamais rien gagné et qui était sur le point d'être relégué en deuxième division après quatre saisons dans l'élite (les seules de son existence jusque-là). C'était mes Seagulls (les Mouettes ; je sais, c'est naze comme surnom mais que voulez-vous, on habitait a côté de la mer et ces foutus oiseaux étaient omniprésents). Celles que j'encourageais du North Stand, debout derrière le but, depuis mes 12 ans et ce premier petit boulot (laveur de taxis le dimanche matin, vu que vous me demandez) qui me permettait de payer ma place au Goldstone Ground (stade qu'un salopard qui a failli ruiner le club a vendu il y a quelques années désormais et où il y a aujourd'hui l'équivalent d'un Castorama ; j'ai un fucking pincement au coeur chaque fois que je passe devant).

Brighton en finale de la Cup, c'était un miracle. Un doux rêve. On avait gagné à Anfield pour sortir le grand Liverpool et maintenant on allait jouer contre Manchester United à Wembley! N'importe quoi! Le jour de la mise en vente des billets pour la finale, au Goldstone Ground, c'était la folie. Des queues énormes (if you excuse, my French)! Avec mes potes, on avait 17 ans et on était un peu cons donc on a sous-estimé l'excitation autour de la toute première Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer