Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Bygmalion-Trois ex-cadres de l'UMP placés en garde à vue

Reuters02/10/2014 à 19:42

* Eric Cesari, un proche de Sarkozy, en garde à vue * Trois ex-cadres de Bygmalion mis en examen * Une affaire qui interfère avec la campagne à l'UMP * "Tout le monde" connaissait Bygmalion, dit Fillon (Actualisé avec Figaro Magazine, Fillon, Dati, élu UMP) PARIS, 2 octobre (Reuters) - Trois anciens responsables de l'UMP ont été placés en garde à vue jeudi dans le cadre de l'"affaire Bygmalion", un système présumé de fausses factures durant la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012, a-t-on appris de source judiciaire. Il s'agit de l'ancien directeur général Eric Cesari, proche de Nicolas Sarkozy, de l'ex-directrice des affaires financières Fabienne Liadzé et de l'ancien directeur de la communication Pierre Chassat, a-t-on précisé de source proche de l'enquête. Interpellés à leur domicile, ils étaient entendus à l'Office central de lutte contre la corruption, à Nanterre (Hauts-de-Seine). Mercredi, trois anciens cadres de la société de communication ont été mis en examen dans ce dossier. Bastien Millot et Guy Alvès, les deux fondateurs de Bygmalion, sont poursuivis pour "complicité de faux et complicité d'usage de faux", tandis que Franck Attal, l'ancien patron de la filiale événementielle de Bygmalion, Event & Cie, est mis en examen pour "faux et usage de faux". La garde à vue d'un quatrième protagoniste présumé, l'ex-comptable de Bygmalion Matthieu Fay, qui n'a pas été mis en examen, avait été levée mardi soir. Le parquet de Paris a ouvert en juillet une information judiciaire sur ce système présumé de fausses factures destiné à couvrir les dépassements de frais de campagne de l'ex-chef de l'Etat. "LA POSTURE D'UNE VICTIME" Bastien Millot est un proche de l'ancien président de l'UMP Jean-François Copé, contraint à la démission le 27 mai après des révélations sur ce montage par son propre directeur de cabinet, Jérôme Lavrilleux, qui était directeur adjoint de la campagne de Nicolas Sarkozy. Le quotidien Le Monde a rapporté la semaine dernière que Matthieu Fay avait avoué aux enquêteurs, en juin, qu'il avait bien été la cheville ouvrière du système de fausses factures. "Ce lot de factures, à savoir les factures sous-évaluées relatives aux meetings et les fausses factures, a été envoyé à l'UMP par porteur après le second tour", a-t-il expliqué. Toujours d'après Le Monde, il a fait état d'un total facturé pour les meetings de près de 19 millions d'euros, alors que ce montant ne devait officiellement pas dépasser 3,4 millions. Bastien Millot a dénoncé mercredi, sans les nommer, "certains responsables, et non des moindres, de la campagne présidentielle de 2012" qui "essaient de se draper dans la posture d'une victime alors même qu'ils le font sans doute un peu grossièrement et un peu rapidement". Jérôme Lavrilleux, qui a mis en cause Eric Cesari, Pierre Chassat et Fabienne Liadzé, visés par une procédure de licenciement pour "faute grave" à l'UMP, assure que ni Nicolas Sarkozy ni Jean-François Copé n'étaient au courant de ce système.( ID:nL6N0P01WC ) "LE FEU DANS LA MAISON" L'évolution de l'enquête sur Bygmalion parasite le début de la campagne de l'ancien président pour l'élection à la présidence de l'UMP, le 29 novembre prochain. Nicolas Sarkozy a affirmé le 21 septembre sur France 2 avoir découvert le nom et l'existence de Bygmalion "longtemps après la campagne présidentielle" de 2012. Il le répète dans une interview à paraître vendredi dans Le Figaro Magazine en parlant d'"une fable". A contrario, l'ancien Premier ministre François Fillon, l'un des rivaux de l'ancien président pour la primaire à droite en vue de la présidentielle de 2017, a déclaré qu'il avait "souvent entendu parler de Bygmalion". "J'ai souvent vu que Bygmalion était une entreprise qui travaillait régulièrement avec l'UMP", a-t-il dit mercredi sur BFM TV. "Ce n'était pas un secret, c'était même assez visible (...). Je pense que tout le monde connaissait l'existence de cette entreprise", a-t-il ajouté jeudi sur France Inter. Avant lui, c'est Bruno Le Maire, ancien ministre de Nicolas Sarkozy et concurrent de ce dernier pour la présidence de l'UMP, qui avait affirmé le 24 septembre sur BFM TV que Bygmalion était connue des cadres de l'UMP. "Quand Sarkozy dit 'je ne connaissais pas Bygmalion', il ne dit pas qu'il n'en a jamais entendu parler. (...) Maintenant, qu'il sache précisément ce qu'ils ont fait dans la campagne, c'est autre chose. Il connaissait forcément les protagonistes, c'était connu de tous", a plaidé l'ancienne ministre UMP de la Justice Rachida Dati sur Europe 1. Un élu UMP s'inquiète des conséquences pour la suite de la campagne interne : "Il y a le feu dans la maison. Ça se rapproche dangereusement.(...) Juppé marque des points". (Nicolas Bertin, Jean-Baptiste Vey, Emile Picy, édité par Sophie Louet)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.