Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Burkina-Un proche de l'ex-président Compaoré prend le pouvoir

Reuters18/09/2015 à 05:21

(Actualisé avec communiqué du Conseil de sécurité de l'Onu) par Nadoun Coulibaly et Mathieu Bonkoungou OUAGADOUGOU, 18 septembre (Reuters) - La garde présidentielle du Burkina Faso a annoncé jeudi la dissolution du gouvernement de transition et la création d'un "conseil national pour la démocratie" dirigé par le bras droit de l'ancien président Blaise Compaoré, renversé par des manifestations en octobre 2014. Au moins trois personnes ont été tuées et une soixantaine d'autres blessées à Ouagadougou après le coup d'Etat, dit-on de source médicale. Le général Gilbert Diendéré, qui a été chef de l'état-major particulier de Compaoré pendant 27 ans et a dirigé un réseau de renseignement en Afrique de l'Ouest, a pris la tête de la junte désormais au pouvoir. Interrogé sur France 24, il a assuré que Blaise Compaoré n'avait joué aucun rôle dans le putsch et affirmé que le président de transition et le Premier ministre seraient bientôt libérés. "Je n'ai pas eu de contact avec lui, ni avant ni même après, il ne m'a pas appelé, je ne l'ai pas appelé non plus", a-t-il dit. Ce putsch, qui intervient moins d'un mois avant les élections présidentielle et législatives prévues le 11 octobre, met fin aux espoirs de transition politique pacifique. Le Bénin a fait savoir dans la soirée que le chef de l'Etat sénégalais Macky Sall, président en exercice de la Cédéao (Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest), et son homologue béninois, Thomas Boni Yayi, se rendraient vendredi au Burkina Faso dansle cadre d'une médiation. Le Régiment de sécurité présidentielle (RSP), qui fut pendant trois décennies l'un des piliers du régime, a procédé aux arrestations du président de transition Michel Kafando, du Premier ministre Yacouba Isaac Zida et de deux autres ministres. "Nous n'allons pas les garder indéfiniment, nous allons les libérer et ils vont rentrer chez eux", a affirmé le général Diendéré sur France 24. "Tout changement de ce genre-là (un coup d'Etat-NDLR) apporte des violences, j'en suis conscient, mais (je compte) sur l'esprit patriotique des uns et des autres pour éviter les débordements et éviter les violences qui pourraient plonger notre pays dans une situation de chaos", a-t-il ajouté. "ARMÉE AU SEIN DE L'ARMÉE" "Nous savons très bien qu'un coup d'Etat n'est jamais accepté par la communauté internationale mais nous demandons à la communauté internationale de bien comprendre le sens de notre action et nous nous engageons à respecter certains principes." Le RSP n'a jamais cessé d'intervenir dans la vie politique du pays depuis la destitution de Blaise Compaoré, contraint de quitter le pouvoir en octobre sous la pression de manifestants qui refusaient sa tentative de se maintenir en place en modifiant la Constitution. Trois jours avant le putsch, une commission du gouvernement de transition avait recommandé sa dissolution. Dans son rapport remis au Premier ministre, la commission décrivait le régiment de 1.200 hommes comme "une armée au sein de l'armée". En février, le RSP avait tenté de forcer le Premier ministre à démissionner parce qu'il avait l'intention de réduire ses effectifs. Jeudi, des soldats ont procédé à des tirs de sommation pour disperser un rassemblement d'une centaine de personnes sur la place de l'Indépendance à Ouagadougou pour dénoncer ce coup de force. "Les forces patriotiques, réunies ensemble dans le Conseil national pour la démocratie, ont décidé aujourd'hui de mettre fin à un régime de transition perverti", a annoncé le colonel Mahamadou Bamba dans un communiqué lu sur la chaîne de télévision RTB. "Le régime de transition s'est progressivement écarté des objectifs de refondation d'une démocratie consensuelle. (...) L'intervention du CND a pour but principal d'enclencher un processus cohérent, juste et équilibré devant conduire à la mise en place d'un système institutionnel robuste", a-t-il ajouté. UN HOMME DE L'OMBRE L'officier, parlant au nom des putschistes, a précisé que la modification de la loi électorale empêchant les partisans de Compaoré de se présenter avait "créé des divisions et des frustrations dans la population". Le conseil militaire a, en outre, annoncé la fermeture des frontières terrestres et aériennes du pays ainsi que l'instauration d'un couvre-feu de 19h00 à 06h00. La haute fonction publique aura pour tâche d'assurer les tâches gouvernementales. Personnage au physique imposant (il mesure près de deux mètres), Gilbert Diendéré est connu pour sa discrétion et pour son aptitude à manoeuvrer en coulisses. ID:nL5N11N4EP Conseiller militaire particulier de Blaise Compaoré, il avait joué un rôle déterminant dans la libération d'otages occidentaux détenus pas des groupes islamistes au Sahel. Sous la présidence de Compaoré, le Burkina s'était imposé comme un partenaire privilégié de la France et des Etats-Unis dans la lutte contre les activistes liés à Al Qaïda. Le pays a notamment accueilli les 220 membres des forces spéciales françaises de l'opération Barkhane basés à Ouagadougou. Ancienne puissance coloniale, la France "condamne fermement le coup d'Etat au Burkina Faso", a déclaré François Hollande, qui a appelé "à la libération immédiate de toutes les personnes arrêtées, à la remise en place des autorités de la transition et à la reprise du processus électoral". Dans un message publié sur son site internet, le ministère français des Affaires étrangères recommande aux Français présents à Ouagadougou de rester confinés dans leur domicile et aux voyageurs de reporter tout projet de déplacement au Burkina. La Maison blanche s'est déclarée vivement préoccupée. Elle a condamné "avec la plus grande fermeté" le putsch et réclamé un arrêt immédiat des violences. A l'issue d'une réunion consacrée à la crise, le Conseil de sécurité de l'Onu a lui aussi exigé la libération des personnalités arrêtées ainsi que la "restauration sans délai de l'ordre constitutionnel et la restitution du pouvoir aux autorités de transition civiles". (Nadoun Coulibaly, Mathieu Bonkoungou, avec John Irish et Marine Pennetier à Paris; Nicolas Delame, Jean-Stéphane Brosse et Eric Faye pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.