Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Burkina-Le président et le Premier ministre retenus par le RSP

Reuters17/09/2015 à 03:23

* La garde présidentielle retient le président * Le Premier ministre et des ministres également retenus * Législative et présidentielle prévues le 11 octobre (Actualisé avec condamnation américaine) par Nadoun Coulibaly et Joe Penney OUAGADOUGOU, 17 septembre (Reuters) - Des membres de la garde présidentielle du Burkina Faso ont fait irruption mercredi après-midi dans la salle du conseil des ministres et ont arrêté le président de transition, Michel Kafando, le chef du gouvernement et deux ministres, ont annoncé les autorités. Mercredi soir, des militaires ont tiré en l'air devant le palais présidentiel où s'étaient rassemblées plusieurs centaines de personnes pour protester contre leur détention, ont rapporté des témoins. Le Régiment de sécurité présidentielle (RSP), nom officiel de la garde présidentielle, n'a pas donné d'explication à son geste qui intervient à moins d'un mois des élections présidentielle et législatives prévues le 11 octobre pour achever le processus de transition et le retour à la démocratie. Selon le récit de Moumina Cheriff Sy, président du Conseil national de la transition (CNT), le parlement provisoire, des membres du RSP sont arrivés dans la salle du conseil des ministres aux environs de 14h30 et ont pris "en otage" le président Kafando, le Premier ministre Yacouba Izaac Zida, le ministre de la Fonction publique, du travail et de la Sécurité sociale, Augustin Loada et le ministre de l'Habitat et de l'Urbanisme, René Bagoro. Le RSP était un des piliers du régime du président Blaise Compaoré, chassé du pouvoir par la pression de la rue en octobre 2014 pour avoir voulu changer la constitution et prolongé ainsi ses 27 années à la tête du pays. Il y a deux jours, la Commission de réconciliation et des réformes, chargée de présenter des réformes pour le gouvernement de transition, avait proposé de démanteler le RSP. Dans son rapport remis au Premier ministre, la Commission de décrit le régiment de 1.200 hommes comme "une armée au sein de l'armée". En février, le RSP avait tenté de forcer le Premier ministre à démissionner parce que celui-ci avait le projet de réduire ses effectifs. "A BAS LE RSP" Dans un communiqué commun, les Nations unies, l'Union africaine et la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) ont appelé à la libération immédiate des personnalités retenues et affirmé leur soutien au processus démocratique, tout comme Washington. "Les Etats-Unis condamnent fermement toute tentative de prise du pouvoir par des moyens extra-constitutionnels ou de règlement des désaccords politiques par la force", dit John Kirby, porte-parole du département d'Etat américain, dans un communiqué. Un conseiller de Moumina Cheriff Sy a appelé à une marche vers le palais présidentiel pour demander la libération du président et des ministres. Des manifestations qui s'étaient rassemblés sur une artère importante menant au palais présidentiel ont scandé "à bas le RSP" et "nous voulons des élections". Face aux tirs de sommation, à la tombée de la nuit, la foule a légèrement reculé mais ne s'est pas dispersée. Un journalistes de Reuters a vu des membres de la garde présidentielle repousser les manifestants à l'aide de matraques. Des tirs ont étalement été entendus dans le quartier voisin de Ouaga 2000. Le Balai Citoyen, organisation qui avait été en pointe dans l'organisation des manifestations contre Blaise Compaoré, a appelé ses membres à descendre dans la rue pour protester. Par ailleurs, la station de radio privée radio Omega a annoncé sur les réseaux sociaux que des militaires du RSP avaient tiré en l'air devant le studio pour forcer les journalistes à cesser les émissions. Plusieurs autres stations du pays semblaient aussi avoir cessé d'émettre. Le Quai d'Orsay a demandé aux Français se trouvant au Burkina Faso de limiter leurs déplacements "au strict minimum". Les ingérences répétées du RSP après l'éviction de Blaise Compaoré ont provoqué des manifestations de protestation et incité les autorités à appeler à un réexamen de son rôle. Le rapport de lundi recommandait le démantèlement du régiment et le redéploiement de ses membres dans le cadre d'une réforme plus large de l'armée. (Eric Faye, Danielle Rouquié et Jean-Philippe Lefief pour le service français)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.