1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Budget de la Sécu : les «frondeurs» PS ont déposé une vingtaine d'amendements
Le Parisien27/06/2014 à 00:44

Budget de la Sécu : les «frondeurs» PS ont déposé une vingtaine d'amendements

Les députés socialistes «frondeurs» ont déposé une vingtaine d'amendements au projet de budget rectificatif de la Sécu (PLFSSR) pour 2014, examiné à partir de lundi, malgré les directives du président du groupe PS, a indiqué jeudi l'un d'eux, Christian Paul, député de la Nièvre.

Une soixantaine de députés PS ont signé un ou plusieurs de ces amendements des «frondeurs», comme pour ceux déposés sur le budget rectificatif de l'Etat.

Ce texte fait l'objet au total de plus de 200 amendements venant des différentes forces politiques de l'Assemblée. Ces amendements devront toutefois, aux termes de la Constitution, franchir l'obstacle de la recevabilité : ne pas entraîner de dépenses supplémentaires sans recettes ou économies équivalentes.

Les amendements des «frondeurs» suggèrent de supprimer d'une part des réductions de cotisations patronales et d'autre part le gel des pensions de retraite supérieures à 1200 ?, deux dispositions phares du PLFSSR. Ils proposent aussi de revenir sur la suppression de la contribution sociale de solidarité des sociétés (C3S) qui finance le régime social des travailleurs indépendants.

Autre proposition défendue par ces élus de la majorité qui tentent d'infléchir les positions gouvernementales : instaurer un taux réduit de CSG (contribution sociale généralisée) pour les plus modestes, afin de «redistribuer du pouvoir d'achat» et d'ouvrir les emplois d'avenir aux chômeurs de longue durée jusqu'à fin 2015.

Le complexe de la «forteresse close»

Avec ses collègues, Christian Paul entend mener une «bataille de conviction» comme cela a été le cas sur le budget rectificatif de l'Etat.

Dans les critiques du président des députés PS, Bruno Le Roux, qui a évoqué une «faute politique» de la part des «frondeurs», le député de la Nièvre voit «la même surdité qui est pour une bonne part responsable des défaites électorales» du PS aux municipales et aux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M7097610
    27 juin10:12

    fronder d'accord mais pour raconter n'importe quoi, non !

    Signaler un abus

  • M3182284
    26 juin23:08

    lES FRAUDEURS DU PS , pas les frondeurs. Coupez leur les indemnités parlementaires

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer