Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Budget: Bruno Le Maire promet de mettre à contribution les entreprises

AFP27/08/2018 à 13:31

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire entouré d'autres membres du gouvernement français, à la sortie du conseil des ministres le 22 août 2018 à l'Elysée, à Paris ( AFP / Bertrand GUAY )

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a annoncé lundi le report au 1er octobre 2019 d'une baisse de cotisations patronales de quatre points, qui devait entrer en vigueur au 1er janvier, afin de contenir le déficit public.

Ce report, décidé dans le cadre du projet de loi de finances pour 2019, et qui concerne les salaires au niveau du SMIC, va permettre "d'économiser plus de deux milliards d'euros", a assuré M. Le Maire sur RTL.

Selon le ministre, la transformation du Crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) en baisse de charges pérennes, promesse de campagne d'Emmanuel Macron, aura en revanche bel et bien lieu au 1er janvier.

"En plus de cette transformation du crédit d'impôt en allègement de charges, nous avions prévu un nouvel allègement de quatre points supplémentaires des cotisations sociales au niveau du SMIC pour toutes les entreprises dès le 1er janvier 2019", a rappelé M. Le Maire.

"J'ai proposé au président de la République et au Premier ministre que nous reportions cet allègement de quatre points supplémentaires du 1er janvier 2019 au 1er octobre 2019. Il est différé, ça permet d'économiser plus de 2 milliards d'euros", a-t-il ajouté.

"On ne peut que s'en désoler et regretter le signal négatif", a réagi le nouveau président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux, lors d'un point de presse à la veille de l'Université d'été de l'organisation patronale.

- "Question de justice" -

Autre mesure, annoncée quelques heures plus tard par M. Le Maire lors d'une rencontre organisée par l'Association des journalistes économiques et financiers (Ajef): la hausse du taux du cinquième acompte de l'impôt sur les sociétés (IS) pour les entreprises réalisant plus de 250 millions d'euros de chiffre d'affaires.

"Il n'y aura pas d'élargissement mais celles qui y sont soumises verront le taux augmenter par rapport aux trois tranches existantes", a expliqué le ministre, disant anticiper un gain de 1,3 milliard d'euros pour les finances publiques.

Avec cette mesure, les "taux seront désormais de 95% pour les entreprises de 250 millions à un milliard d'euros de chiffre d'affaires, de 98% pour les entreprises de un milliard à cinq milliards de chiffre d'affaires et de 98%, taux inchangé, pour les entreprises de plus de cinq milliards d'euros de chiffre d'affaires", a détaillé M. Le Maire.

Les acomptes d'impôt sur les sociétés sont des versements payés par anticipation par les entreprises sur une partie de leur chiffre d'affaires. "Il s'agit d'avances de trésorerie. Cela ne changera pas le montant final d'impôt sur les sociétés payé par les entreprises", a précisé Bercy à l'AFP.

Avec ces deux mesures, "tout le monde sera mis à contribution pour rétablir les équilibres des finances publiques, les entreprises aussi", a assuré M. le Maire, y voyant "une question de justice".

"Ca ne fait que résoudre un problème de très court terme pour la trésorerie de l'Etat en 2019 et ça ne résout pas les vrais problèmes structurels de ce pays, 57% de dépense publique sur le PIB" alors que la moyenne européenne est autour de 50%, a au contraire estimé M. Roux de Bézieux.

Un avis partagé par la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), qui a dénoncé dans un communiqué le report d'allègement de charges annoncé par Bercy.

C'est "une mauvaise nouvelle pour les entreprises qui devront prendre en compte ce revirement, qui impactera négativement le coût des salaires en 2019", a-t-elle estimé.

Le gouvernement est régulièrement critiqué, notamment par la gauche, pour ses choix budgétaires jugés très favorables aux entreprises et pas assez aux salariés ou aux retraités, et donc au pouvoir d'achat.

"Que nous fassions une politique pro-entreprises, c'est évident, et je le revendique. Mais nous le faisons pour les Français", s'est défendu Bruno Le Maire, assumant un "choix politique". L'objectif, c'est de "créer plus de travail pour les Français", a-t-il ajouté.

18 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • gjack
    28 août09:06

    et la contribution des politiques, elle arrive quand?

    Signaler un abus

  • kejocol
    27 août15:01

    Ce nest pas aux français et encore moins aux entreprises de financer le deficit de l'état. La solution est de virer tius les politiques y compris lrem car on en a marre de payer pour des fainéants. Tous pour.ris y compris lrem. Sinon, ce sont letat et les services de letat qui diivent seuls compenser le déficit sas piocher das les poches des français moyens.

    Signaler un abus

  • agent786
    27 août11:00

    le message important de la phrase est " tout le monde SERA mis a contribution...." , mais bon, comme notre pouvoir d'achat a augmenté...."promesse de campagne d'Emmanuel Macron"....

    Signaler un abus

  • bearnhar
    27 août09:59

    Exact geocor, tout comme ce sont les riches qui en principe font travailler les pauvres, on a jamais vu une personne au RSA embaucher qui que ce soit, j'écris cela car certains veulent le miserabilisme de partager la pauvreté, sous couvert d'humanisme et d'égalité.

    Signaler un abus

  • geocor
    27 août09:53

    Quand on commence à dire que "c'est une question de justice" de taxer les entreprises, c'est que l'on est rentrer dans le discours CGTiste que l'entreprise est l'ennemie du salarié. Alors que c'est l'entreprise qui fait et paie le salarié.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.