Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Budapest et Varsovie rejettent la politique migratoire de l'UE
Reuters03/01/2018 à 18:18

BUDAPEST ET VARSOVIE REJETTENT LA POLITIQUE MIGRATOIRE DE L'UE

BUDAPEST (Reuters) - La politique migratoire de l'Europe est un échec, a déclaré mercredi le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, tout en demandant, avec son homologue polonais, un plus grand pouvoir décisionnaire dans l'avenir du bloc européen.

Viktor Orban et le chef du gouvernement polonais, Mateusz Morawiecki, ont tenu mercredi une conférence de presse commune à Budapest, lors de laquelle ils ont réitéré leur refus d'accueillir des migrants en vertu d'un système de quotas européens.

Les deux dirigeants conservateurs sont critiqués à Bruxelles pour ce refus mais aussi pour la mainmise de plus en plus grande exercée par leurs gouvernements sur les médias et la justice.

La Commission européenne a annoncé le mois dernier qu'elle engageait une procédure contre la Pologne face au risque de violation de l'Etat de droit, procédure susceptible en théorie de déboucher sur une suspension des droits de vote de Varsovie au sein du Conseil européen.

"En terme de migrations et des quotas qui devaient être imposés aux Etats membres, nous rejetons avec force une telle approche, qui porte atteinte aux décisions souveraines des Etats membres", a déclaré Mateusz Morawiecki à l'issue de sa rencontre avec Viktor Orban.

Ce dernier a renchéri: "La politique migratoire de l'UE (...) est un échec".

"Nous voulons avoir une voix forte au chapitre, car ces pays (d'Europe centrale) ont une vision pour le futur de l'Europe", a ajouté le dirigeant hongrois, susceptible d'être reconduit pour quatre ans à la faveur des prochaines élections législatives, en avril.

Il a salué en outre l'entrée de l'extrême droite au gouvernement autrichien le 18 décembre dernier, comme le signe que les craintes sur l'immigration étaient largement partagées en Europe.

La démocratie a été "restaurée, dans la mesure où les Autrichiens, qui ne veulent pas d'immigration, ont élu un gouvernement qui s'y oppose. La même chose va se produire partout en Europe. Je pense que ce n'est qu'une question de temps", a dit Viktor Orban.

Les pays d'Europe centrale vont faire front commun lors des prochaines négociations sur le budget de l'Union européenne à compter de 2021, a annoncé en outre son homologue polonais.

Viktor Orban et Mateusz Morawiecki ont fait la démonstration de bonnes relations personnelles, susceptibles de renforcer la proximité diplomatique de leurs deux pays au sein de l'UE. En décembre, le Premier ministre hongrois a fait savoir qu'il s'opposerait à la suspension des droits de la Pologne dans le cadre de la procédure communautaire lancée par Bruxelles.

(Marcin Goclowski et Krisztina Than; Julie Carriat pour le service français, édité par Danielle Rouquié)

40 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • delapor4
    04 janvier18:03

    Nos enfants seront bientôt obligés de se réfugier en Hongrie et en Pologne. Merci pour eux à ces deux pays !

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer