Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Bruxelles demande aux Etats de prendre en charge 40 000 migrants

Le Parisien27/05/2015 à 18:16

Bruxelles demande aux Etats de prendre en charge 40 000 migrants

La Commission européenne a demandé mercredi aux Etats de l'UE de prendre en charge sous deux ans 40 000 candidats à l'asile venant de Syrie et d'Erythrée, pour témoigner leur solidarité avec ces pays débordés par les flux de migrants. Elle les a également invités à accueillir 20 000 réfugiés syriens venus de pays extérieurs à l'UE. Ces deux actions doivent courir sur deux ans et être assorties d'aide financière aux Etats. «Nous voulons assurer un minimum de solidarité» au sein de l'Union européenne face à l'afflux de migrants et demandeurs d'asile en Méditerranée, «mais il n'est pas question» que cette mesure soit généralisée, a souligné le commissaire à l'Immigration, Dimitris Avramopoulos.

Ces mesures doivent désormais être approuvées par les Etats, plutôt réticents. Trois pays --le Royaume Uni, l'Irlande et le Danemark-- bénéficient d'une exemption, leur permettant de refuser de s'associer à cet effort de solidarité envers l'Italie et la Grèce. Une enveloppe de 6.000 euros sera allouée pour chaque demandeur d'asile pris en charge, a précisé la Commission. La mesure s'appliquera aux candidats à l'asile arrivés après le 15 avril.

«Pas de quotas»

La répartition doit se faire en fonction d'une clé prenant en compte la population et le PIB des Etats, leur taux de chômage et le nombre de demandeurs d'asile déjà accueillis. Concrètement, la France est appelée à prendre en charge 6 752 demandeurs d'asile syriens et érythréens et invitée à accueillir 2 375 réfugiés syriens au cours des deux prochaines années. L'Allemagne devra prendre en charge 11 849 demandeurs d'asile et réfugiés et l'île de Malte, également destination de migrants, 413.

«Il s'agit d'une solidarité minimale», a précisé M. Avramopoulos. «Chaque Etat peut faire davantage», a-t-il affirmé. «Nous ne proposons pas de quotas», a-t-il insisté en déplorant «les malentendus» créés par une «mauvaise ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.