Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Bruxelles appelle la France à accélérer les réformes

Reuters13/05/2015 à 16:40

LA CROISSANCE FRANÇAISE

BRUXELLES (Reuters) - La Commission européenne a appelé mercredi la France à profiter de l'amélioration de sa situation économique pour poursuivre les réformes structurelles, notamment en matières fiscale et sociale.

L'exécutif européen se prononcera en juin sur les finances publiques de la France, à qui elle avait donné jusqu'au 10 juin pour prendre des mesures pour appuyer son engagement de ramener le déficit public sous la barre des 3% du PIB fin 2017.

Le gouvernement français a depuis identifié de nouvelles mesures de redressement des comptes et amélioré, à la faveur d'un déficit 2014 moins important que prévu, ses prévisions pour les prochaines années.

"Il est essentiel que le gouvernement français (...) profite de l'amélioration de la situation économique pour poursuivre la mise en oeuvre de son programme de réformes", a déclaré Valdis Dombrovskis, vice-président de la Commission chargée de l'euro, lors d'une conférence de presse.

Dans ses recommandations annuelles de politique économique présentées mercredi, la Commission demande à la France d'assurer le redressement de ses finances publiques, en mettant en avant la nécessité d'équilibrer les comptes de retraites, notamment les retraites complémentaires.

Elle recommande au pays de réformer son système de fixation des salaires afin qu'ils évoluent en fonction de la productivité et de prendre garde à ce que les hausses du salaire minimum soient compatibles avec la promotion de l'emploi et de la compétitivité.

La Commission invite les autorités à modifier d'ici fin 2015 les seuils sociaux concernant les entreprises pour éviter leurs effets négatifs et à ouvrir davantage de professions réglementées, notamment dans le domaine de la santé.

Elle recommande en outre à la France de simplifier sa fiscalité, en supprimant les niches fiscales inefficaces et les petites taxes à faible rendement, et de favoriser l'investissement en réduisant les prélèvements sur la production et l'impôt sur les sociétés.

Pour améliorer le fonctionnement du marché du travail, les autorités devraient réformer le code du travail afin de rendre les contrats à durée indéterminées plus attractifs, estime la Commission, et donner plus de place aux accords de branches et d'entreprises, notamment sur le temps de travail.

Elle recommande enfin de modifier les règles d'indemnisation du chômage pour redresser les comptes de l'Unedic et inciter les demandeurs d'emploi à retrouver du travail.

Pour le ministre des Finances, Michel Sapin, "ce sont des recommandations très positives".

"La Commission nous encourage à faire ce que nous avons décidé que nous ferions : des réformes utiles pour la France", a-t-il dit à Reuters.

Michel Sapin a ajouté "attendre beaucoup" de la prochaine convention d'assurance chômage qui doit être négociée l'an prochain par les partenaires sociaux.

"Elle doit être juste, équilibrée, protectrice des chômeurs qui aujourd'hui sont trop nombreux et, en même temps, je crois qu'il y a quelques éléments qui peuvent bouger", a-t-il dit.

Quant aux retraites complémentaires, les partenaires sociaux travaillent actuellement sur le sujet, a-t-il souligné.

(Jan Strupczewski, avec Marc Angrand, Gregory Blachier et Jean-Baptiste Vey à Paris, édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.