Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Bruno Le Roux admet une erreur de communication sur Florange

Reuters07/12/2012 à 13:28

LE PATRON DES DÉPUTÉS PS ADMET UNE ERREUR DE COMMUNICATION DU GOUVERNEMENT SUR FLORANGE

PARIS (Reuters) - Le patron des députés socialistes a estimé vendredi que le gouvernement avait pu faire une "erreur de communication" dans la gestion du dossier de l'usine ArcelorMittal de Florange, en laissant penser qu'une nationalisation pouvait être la solution.

"L'erreur, ça a pu être à un moment donné de faire que ce qui nous apparaissait comme un moyen de pression soit vécu comme l'unique solution", a déclaré Bruno Le Roux à Reuters.

"C'est pour ça que (le Premier ministre) Jean-Marc Ayrault a repris vendredi soir, de façon peut-être même un peu brutale, la main sur ce dossier", a-t-il ajouté. "Son souci est qu'il voyait bien les salariés en train de basculer dans cette solution, qui n'était pas viable et impossible à mettre en oeuvre."

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, avait évoqué une nationalisation temporaire, le temps de trouver un repreneur pour l'ensemble du site de Florange. La présidence de la République avait fait savoir que c'était effectivement sur la table des négociations avec ArcelorMittal.

L'accord finalement conclu avec le numéro un mondial de l'acier vendredi a été non seulement une "déception terrible" pour les salariés de Florange mais aussi pour une partie des députés socialistes, souligne Bruno Le Roux.

Pour lui, comme pour Jean-Marc Ayrault, il n'y avait pas d'autre solution que l'accord de vendredi, qui a permis de sauver plus de 600 emplois mais laisse la question industrielle ouverte et suspendue au projet européen d'expérimentation du procédé Ulcos de production d'acier à faible émission de CO2.

Une nationalisation temporaire aurait nécessité l'accord de Mittal, faute de quoi "on entrait dans une procédure longue, contentieuse, avec des dommages collatéraux possibles sur d'autres sites", explique-t-il.

"NI NAÏVETÉ, NI MENSONGE"

"On a besoin de pédagogie sur ce dossier", a poursuivi Bruno Le Roux, pour qui le gouvernement n'a pas non plus été assez loin dans l'explication concernant le projet Ulcos.

L'annonce du retrait de la candidature d'ArcelorMittal d'un premier appel d'offres pour ce projet a provoqué jeudi la colère des salariés et des syndicats de l'usine de Florange et l'incompréhension de nombre de responsables politiques.

Pour le patron des députés PS, il y a eu là aussi une communication insuffisante. "Nous étions nous-mêmes sceptique sur Ulcos 1 et nous savions qu'il fallait passer à un nouveau projet Ulcos", explique-t-il. "On a peut-être manqué d'anticipation."

"Je ne suis pas sûr qu'avec le groupe Mittal nous partagions exactement au même niveau la même envie d'avoir le démonstrateur Ulcos à Florange", ajoute-t-il. "Il y a un travail de conviction à faire, il faut l'entraîner avec nous."

Interrogé par BFM-TV et RMC, le ministre de l'Economie a pour sa part assuré qu'il n'y avait eu "ni naïveté ni mensonge" dans la gestion par le gouvernement du dossier Florange.

Manier "l'arme" de la nationalisation temporaire "pour créer un rapport de force avec Mittal était juste", a déclaré Pierre Moscovici, qui a promis que le gouvernement se battrait pour que le projet Ulcos voie le jour.

De façon plus générale, Bruno Le Roux estime quant à lui que le gouvernement doit encore préciser sa doctrine sur la façon dont l'Etat peut retrouver une capacité d'intervention dans les domaines industriel et économique.

Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.