Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Bridgestone ferme une usine à Béthune, le gouvernement dénonce une "trahison"
Boursorama avec Media Services16/09/2020 à 14:36

Le porte-parole du gouvernement estime que l'entreprise a été "incapable d'instaurer les conditions d'un dialogue social sain".

Gabriel Attal, le 16 septembre 2020, à Paris ( AFP / Ludovic MARIN )

L'annonce de la fermeture de l'usine Bridgestone de Béthune (Pas-de-Calais), qui emploie 863 personnes, est "une trahison de la confiance que l'Etat et la région Hauts-de-France ont placée" dans le groupe japonais, a estimé mercredi 16 septembre le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

"C'est un choc, mais c'est aussi une décision brutale sur la forme, incompréhensible sur le fond", et "Bridgestone doit aujourd'hui assumer ses responsabilités plutôt que de chercher des prétextes", a-t-il déclaré lors du compte-rendu du Conseil des ministres.

Indignation à tous les niveaux

Dans un communiqué commun mercredi matin, le gouvernement et le président de la région Hauts-de-France Xavier Bertrand avaient déjà dénoncé "la brutalité" de l'annonce et demandé l'étude de "scénarios alternatifs". Le PDG de Bridgestone Europe Afrique et Moyen-Orient, Laurent Dartoux, a expliqué auprès de l'AFP la décision de fermeture, destinée à "préserver la viabilité des opérations de l'entreprise", par "des problèmes de marché structurels".

"C'est l'entreprise qui a sous-investi dans le site de Béthune au profit d'autres sites" et qui "a été incapable d'instaurer les conditions d'un dialogue social sain", a accusé le porte-parole du gouvernement. En outre, l'entreprise "n'a fait aucune proposition quand l'Etat et la région Hauts-de-France ont présenté des mesures de soutien dans le cadre du plan de relance", a-t-il ajouté.

Assurant que la "seule priorité" du gouvernement était "la sauvegarde de l'emploi et l'accompagnement des salariés", Gabriel Attal a indiqué que les représentants du personnel et les élus du territoire seraient réunis "dans les prochains jours" et confirmé qu'il serait exigé de Bridgestone de "mener une étude approfondie des scénarios alternatifs de fermeture de l'usine compte tenu des moyens qui sont mis en place dans le plan de relance". Il a rappelé que le plan de relance prévoyait des mesures "massives" pour protéger l'emploi: "chômage partiel prêt garanti par l'État, fonds de solidarité, exonération de charges qui vise à protéger l'emploi, diminution des impôts de production". "Nous agirons avec la plus grande résolution", a t-il assuré

L'usine de Béthune, qui produit des pneumatiques pour l'automobile sous les marques Bridgestone et Firestone, connaît des difficultés de longue date. Elle est "la moins performante" parmi la dizaine d'usines du groupe en Europe, affirme la direction. En une décennie, ses effectifs ont chuté de 40%, au même rythme que ses volumes de production dans un marché stable.

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • nirams
    16 septembre15:39

    bravo faitescet individu qui n'a probablement aucune connaissance économique générale et encore moins du monde de l'entreprise industrieltu connais un politicard ou un banquier qui connaisse l'activité économique juste bon à prendre la paie !

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer