1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Brexit : reculer pour mieux sauter ?
Le Revenu19/04/2019 à 10:36

La Première ministre espère faire accepter au Parlement britannique un accord de sortie de l'Union européenne dans les mois qui viennent. (© P. Huguen / AFP)

Le report de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne au 31 octobre réduit le risque d'un no deal... sans l'éliminer.

L'orage a été évité de peu, mais le brouillard demeure. Après avoir reporté du 31 mars au 12 avril la date de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, Bruxelles a fini par accepter une nouvelle échéance au 31 octobre. La majorité des pays, dont l'Allemagne, souhaitait un décalage d'un an.

Mais Emmanuel Macron, soutenu par l'Espagne, la Belgique et Malte, est parvenu à raccourcir ce délai, arguant que le feuilleton avait déjà trop accaparé les Vingt-Sept.

Rendez-vous politiques

Si ce report offre un peu de répit aux Britanniques, les six prochains mois ne s'annoncent pas moins mouvementés. Theresa May espère toujours arracher un compromis avant le 30 juin, date à laquelle elle s'était imprudemment engagée à démissionner si le Brexit n'était pas encore effectif.

La Première ministre conservatrice va donc continuer de chercher un terrain d'entente avec le leader de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn, tandis que le Parlement reprendra ses débats le 23 avril. Si un accord est trouvé, le Royaume-Uni pourra quitter l'Union européenne le premier jour du mois suivant sa ratification par le Parlement.

Les pierres d'achoppement demeurent toutefois nombreuses, en particulier sur la possibilité du maintien du pays au sein de l'union douanière européenne. De surcroît, plusieurs échéances politiques pourraient faire

Lire la suite sur le revenu.com

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer