1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Brexit : les Européens fixent un nouveau délai aux Britanniques pour sortir de l'Union
Le Parisien11/04/2019 à 06:35

Brexit : les Européens fixent un nouveau délai aux Britanniques pour sortir de l'Union

Il est presque trois heures du matin, dans la nuit de mercredi à jeudi, quand Emmanuel Macron s'arrête devant les journalistes avant de quitter l'immeuble du Conseil européen de Bruxelles (Belgique). Quelques étages plus haut, la chancelière allemande, Angela Merkel, termine une conférence de presse. Aucun des deux ne pavoise vraiment...L'accord dont viennent d'accoucher les dirigeants des 27 États membres de l'Union européenne - qui pose le 31 octobre comme nouvelle échéance pour la sortie du Royaume-Uni - est le fruit d'un compromis comme Bruxelles en a si souvent fabriqué. Difficile encore de dire si le verre est à moitié plein ou à moitié vide. Tout dépendra évidemment si les Britanniques savent utiliser ce nouveau délai pour enfin s'entendre entre eux sur une solution qui cadre avec l'accord de sortie élaboré avec l'Union.Après le 29 mars puis le 12 avril, la troisième date butoir sera-t-elle la bonne ? Prise d'un de ses fréquents élans d'optimisme, hélas sans lendemain, Theresa May affirmait jeudi matin, en conférence de presse : « Nous pouvons encore sortir le 22 mai si nous arrivons à trouver un accord entre nous. »Une petite victoire pour MacronLe président français a ferraillé dur pour en arriver à la date du 31 octobre, alors qu'un fort courant, emmené par la chancelière Angela Merkel et le président du Conseil européen Donald Tusk, penchait plutôt pour une « extension » longue d'environ un an ou plus. Alors, pour Emmanuel Macron, ce compromis est une petite victoire personnelle.C'est du moins l'idée qu'il voudrait installer : « Il y a eu des sensibilités différentes [...] La décision se prend à l'unanimité, mais j'assume ce rôle de clarté. » Au risque d'agacer certains de ses partenaires par son activisme incessant tout au long de ce sommet. « Il a fallu des heures pour que Macron redescende de son arbre », maugréait à Bruxelles un négociateur européen, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer