Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Brexit-La France pour un divorce rapide, l'Allemagne prudente

Reuters25/06/2016 à 10:58
    par John Irish 
    BERLIN, 25 juin (Reuters) - Le chef de la diplomatie 
française Jean-Marc Ayrault a plaidé samedi pour une ouverture 
rapide des négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union 
européenne après le référendum de jeudi, et insisté sur la 
nécessité de "redonner du sens" à l'Europe sous peine de voir le 
populisme s'enraciner. 
    "Il faut dire aux Britanniques qu'on ne peut pas attendre. 
Il faut s'organiser dans l'intérêt commun", a déclaré Jean-Marc 
Ayrault dans l'avion qui le menait à Berlin pour une réunion des 
ministres des Affaires étrangères des six pays fondateurs de la 
Communauté européenne - France, Allemagne, Italie, Belgique, 
Pays-Bas et Luxembourg. 
    Les Britanniques ont voté jeudi en faveur du "Brexit", 
poussant le Premier ministre David Cameron à annoncer sa 
démission d'ici octobre et infligeant à la construction 
européenne le plus gros revers de son histoire. 
    Le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier 
s'est montré plus prudent que son homologue français sur les 
suites à donner à ce vote britannique, tout en insistant sur la 
nécessité de préserver le projet européen originel de "liberté 
et stabilité". 
    "Je crois qu'il est clair que nous sommes dans une situation 
qui ne permet ni l'hystérie, ni la paralysie", a dit le ministre 
allemand en appelant les dirigeants européens à s'attaquer aux 
défis de l'immigration, de la sécurité et du chômage. 
    "Nous ne devons pas agir de manière désordonnée et faire 
comme si les réponses étaient toutes prêtes. Mais après la 
décision des Britanniques, nous ne devons pas sombrer dans la 
dépression et l'inactivité", a-t-il insisté. 
    A Paris, le président français François Hollande a de son 
côté insisté sur la nécessité d'adopter une position ferme, afin 
d'éviter que les Britanniques fassent trainer les négociations 
pour obtenir davantage de l'UE.    
     
    "REDONNER DU SENS À L'EUROPE" 
    Jean-Marc Ayrault a estimé de son côté que la réunion de 
samedi ne devait pas se focaliser sur le projet franco-allemand 
d'Union plus flexible qui accorderait une marge de manoeuvre 
plus grande aux pays qui ne sont pas prêts à une intégration 
plus forte. 
    "Il ne faut pas se fixer sur l'idée de flexibilité. Il 
existe déjà une Europe à deux vitesses", a-t-il rappelé. 
    Evoquant le Conseil européen qui s'ouvrira mardi à 
Bruxelles, le chef de la diplomatie française a estimé qu'il y 
aurait une "forte pression" sur David Cameron pour qu'il notifie 
officiellement l'UE de l'intention de son pays d'en sortir en 
invoquant l'article 50 du traité européen de Lisbonne. 
    "Il faut créer les conditions pour l'article 50. Il y a 
urgence", a martelé Jean-Marc Ayrault en soulignant que l'UE, 
qui a "respecté l'autonomie britannique et le référendum", ne 
peut pas patienter jusqu'à octobre "pour des raisons politiques 
internes", en l'occurrence la prochaine convention du parti 
conservateur britannique où le successeur de David Cameron 
devrait être choisi. 
    "Il faudra, à 27, se mettre d'accord et de dire qu'au-delà 
d'une certaine date, c'est fini", a poursuivi le ministre 
français. "Il faut redonner du sens à l'Europe, sinon les 
populismes vont s'engouffrer dans la brèche." 
 
 (Tangi Salaün pour le service français) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.