1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Brexit : Airbus menace de se retirer du Royaume-Uni
Le Parisien25/01/2019 à 12:21

Brexit : Airbus menace de se retirer du Royaume-Uni

Après l'annonce récente du départ de Sony, des aspirateurs Dyson ou encore de la banque HSBC, c'est au tour d'Airbus d'évoquer pour la première fois son départ du Royaume-Uni en cas de Brexit sans accord.Dans une vidéo de trois minutes, publiée jeudi sur le site d'Airbus, le patron du constructeur européens se montre direct. « Le Royaume-Uni a toujours été à la pointe de l'aviation globale depuis plus d'un siècle, lance Tom Enders. Ce grand pays a donné naissance au moteur à réaction puis plus tard au premier avion de ligne à réaction. Il est réputé dans le monde entier pour ses compétences et ses capacités dans le domaine de l'aviation. Le secteur aéronautique britannique est actuellement au bord du précipice». Et Tom Enders d'avertir : « S'il y a un Brexit sans accord, chez Airbus, nous aurons à prendre des décisions potentiellement très difficiles pour le Royaume-Uni ». En clair, le patron d'Airbus laisse planer le doute sur les 25 différents sites du groupe qui emploient 14 000 personnes au Royaume-Uni. L'avionneur fait fabriquer pratiquement l'ensemble des ailes de ses avions dans les énormes usines et centres de R & D à Broughton (Pays de Galles, 6 000 salariés) et Filton (3000 salariés).D'autres pays ravis de construire les ailes des Airbus« S'il vous plaît, n'écoutez pas les folies des Brexiters (NDLR. partisans de la sortie de l'UE) qui assurent que, du fait que nous avons d'énormes usines ici, nous ne partirons pas et nous resterons toujours. Ils ont tort », reprend Tom Enders. « Bien sûr, ce n'est pas possible de déplacer nos grandes usines britanniques dans d'autres parties du monde immédiatement, nuance-t-il cependant. Mais le secteur aéronautique est un secteur de long terme et nous pourrions être contraints de rediriger des investissements futurs. De nombreux pays seraient ravis de construire les ailes des avions Airbus. »Même si cette vidéo est un message ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer