Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Brésil-Le président nie avoir organisé un pot-de-vin de $40 mlns

Reuters14/04/2017 à 06:02
    par Lisandra Paraguassu et Pedro Fonseca 
    BRASILIA/RIO DE JANEIRO, 14 avril (Reuters) - Le président 
brésilien Michel Temer a démenti jeudi avoir participé à la 
négociation d'un pot-de-vin de 40 millions de dollars pour son 
parti politique dans le cadre de la vaste affaire de corruption 
autour de la compagnie pétrolière publique Petrobras  PETR4.SA . 
    Cette accusation émane d'un ancien dirigeant de la société 
de bâtiment Odebrecht  ODBES.UL , interrogé par la justice, qui 
raconte qu'il a été reçu en 2010 par Michel Temer, qui n'était 
pas encore président, en compagnie de deux figures politiques 
Eduardo Cunha et Henrique Eduardo Alves, qui ont tous deux été 
président de la Chambre des députés.  
    Dans cette réunion, raconte le dirigeant d'Odebrecht, Marcio 
Faria da Silva, il a été demandé d'organiser un paiement de 40 
millions de dollars (38 millions d'euros) pour la formation des 
trois politiques présents, le Parti du mouvement démocratique 
brésilien (PMDB).  
    Cette accusation de Marcio Faria da Silva est "un mensonge", 
a déclaré Michel Temer.  
    Les accusations du dirigeant d'Odebrecht ne le menacent 
toutefois pas dans l'immédiat. Il bénéficie d'une immunité 
temporaire pour tout ce qui s'est passé avant son entrée en 
fonction l'an dernier.  
    L'accusation a été rendue publique mercredi dans le cadre 
d'une série d'accords passés avec la justice par 77 dirigeants 
d'Odebrecht pris dans l'affaire qui ont accepté de témoigner 
dans le but d'obtenir une réduction de peine. 
    Lors de la réunion de 2010, il a été demandé au dirigeant 
d'Odebrecht de verser 5% sur un contrat d'une valeur de 825 
millions de dollars que le groupe de BTP cherchait à obtenir de 
la compagnie pétrolière publique Petrobras  PETR4.SA  pour la 
maintenance de ses sites dans neuf pays. 
     
    CONTRIBUTION AU PARTI 
    Michel Temer a confirmé dans une déclaration faite par vidéo 
et diffusée sur les réseaux sociaux qu'il avait bien participé à 
un réunion avec un dirigeant de la société en 2010 mais qu'il 
n'avait pas été question de versement illégal. 
    Auparavant, les services de la présidence avaient confirmé 
que Michel Temer avait bien rencontré Marcio Faria da Silva en 
2010 en présence d'Eduardo Cunha pour une "brève" réunion, mais 
avaient démenti la participation d'Henrique Alves. 
    Dans son témoignage, Faria affirme que, si Temer n'a évoqué 
aucun chiffre, Cunha a clairement fait comprendre qu'un paiement 
était attendu. 
    "Il a expliqué que nous visions un contrat avec Petrobras. 
La promesse qu'il soit signé nécessiterait une très importante 
contribution au parti", a déclaré Marcio Faria da Silva dans son 
témoignage, ajoutant qu'il était clair qu'un dessous-de-table 
était demandé. 
    Une fois le contrat remporté, le paiement a été fait au 
Brésil et sur des comptes de banques étrangères, a ajouté le 
dirigeant d'Odebrecht. Il précise que le PMDB a pris 4% de la 
valeur du contrat, laissant 1% au Parti des travailleurs (PT) du 
président de l'époque, Luiz Inacio Lula da Silva. 
    L'ancien patron d'Odebrecht, Marcelo Odebrecht, actuellement 
en prison, a déclaré pour sa part à la justice qu'il avait rendu 
disponibles40 millions de dollars pour Lula. Le paiement a été 
négocié par l'intermédiaire d'un ministre, pas par Lula 
lui-même, a-t-il dit. 
    Lula a démenti toute irrégularité jeudi tout en laissant 
entendre qu'il se préparait à l'élection présidentielle de l'an 
prochain, en dépit de cinq affaires judiciaires en cours contre 
lui relatives à l'affaire Petrobras dite aussi opération "Lava 
Jato" ("Lavage express"). 
     
 
 (Danielle Rouquié pour le service français) 
 

Valeurs associées

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.