Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Brésil: des tribus du Venezuela en errance elles aussi

AFP26/08/2018 à 08:07

Un indigène Warao montre ses réserves de nourriture au refuge de Pacaraima au nord du Brésil, le 21 août 2018 ( AFP / Mauro PIMENTEL )

Auxiliano Zapata, un chef de la tribu des Warao, rêve avec nostalgie à sa terre du delta de l'Orénoque. Mais avec la crise au Venezuela, son avenir et celui des siens se limitent pour l'instant à un refuge pour indigènes au Brésil.

Les membres du groupe ethnique de quelque 20.000 Warao ont été parmi les premiers à franchir la frontière pour se réfugier dans l'Etat de Roraima, fuyant la terrible crise économique et politique dans le Venezuela du président Nicolas Maduro.

Les Warao vivent alternativement dans les villes et dans leur habitat côtier traditionnel, le delta de l'Orénoque, où demeure la majorité d'entre eux.

"Il n'y avait plus de médicaments, de nourriture, de transports, il n'y avait plus rien", explique Auxiliano Zapata à l'AFP, dans le centre de réfugiés de Pintolândia, qui abrite quelque 600 Warao, à Boa Vista, capitale de l'Etat de Roraima.

"Pour arriver jusqu'ici, j'ai dû tout vendre: télévision, réfrigérateur, téléphone", explique-t-il.

Cela fait cinq mois qu'il se trouve là, avec sa femme et leur fils de 12 ans. Peu à peu, le refuge d'urgence -- géré par les autorités locales, une ONG, l'armée et le Haut-commissariat de l'ONU aux réfugiés -- de provisoire, est devenu permanent.

La terre battue a été recouverte par des graviers blancs, et on a installé un terrain de volley-ball, utilisé du matin au soir. Un nouvel abri pouvant accueillir des centaines de hamacs supplémentaires est en construction à côté.

Il n'a toujours pas pu trouver de travail, mais M. Zapata sait au moins que sa famille dispose d'un toit, de quoi manger, de la sécurité et de l'école. Tout ce que la crise leur avait retiré chez eux.

Des indigènes Warao préparent le repas dans le refuge de Pacaraima au nord du Brésil, le 21 août 2018 ( AFP / Mauro PIMENTEL )

"Je rentrerai au Venezuela, mais je dois attendre de voir si la situation s'améliore. J'y suis retourné il y a trois semaines voir mon père, mais il n'y a plus rien là-bas", dit l'indigène.

"Je ne vais rien vous dire de plus parce que ça me rend triste", ajoute-t-il.

Le Warao se dit très affecté par la situation d'autres membres de son ethnie qui n'ont pas pu fuir, en particulier ceux qui sont atteints de tuberculose ou du sida, dont la prévalence est élevée dans sa tribu.

- Artisanat -

Une majorité des Warao arrivés au Brésil avaient déjà des contacts avec la vie urbaine, en raison de leur nomadisme saisonnier. Ils ont pour habitude de suivre les flux de la saison touristique, vendant leur artisanat, explique l'anthropologue Emerson Rodrigues, qui travaille dans le refuge de Pintolândia.

Nombre d'entre eux se trouvent actuellement dans les villes de Manaus et Belem en Amazonie brésilienne, ou dans le Roraima.

"Ici ils ont un endroit sûr où ils peuvent rester et se construire un peu un avenir", dit M. Rodrigues.

Des indigènes Warao se reposent dans leurs hamacs au refuge de Pacaraima au nord du Brésil, le 21 août 2018 ( AFP / Mauro PIMENTEL )

De l'assistance est fournie aux Warao afin qu'ils deviennent autonomes, notamment pour vendre leurs produits artisanaux, obtenir un travail et organiser la vie en commun dans le refuge.

"Ils ne pensent pas à rentrer maintenant", poursuit l'anthropologue. "Ils arrivent ici et travaillent, font des économies, rentrent pour rapporter de la nourriture et de l'argent. Mais ils ne rentreront pas définitivement tant qu'ils n'auront pas de perspective" d'amélioration de leurs conditions de vie au Venezuela.

A 200 km au nord de Boa Vista, dans le camp de réfugiés de Janokoida, à Pacaraima, près de la frontière avec le Venezuela, des enfants sont rassemblés à la tombée de la nuit.

Un haut-parleur crache de la musique, certains jouent au volley ou au football, des adultes préparent du poulet et des tortillas sur des feux de camp.

Comme à Pintolândia, s'exprime souvent, dans le refuge qui abrite 426 personnes, la nostalgie du grand fleuve lointain, et de la chasse et la pêche traditionnelles.

"Récemment on leur a demandé lors d'une activité de groupe de dessiner quelque chose et ils ont tous dessiné de l'eau", dit M. Dos Santos.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.