Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

PETROBRAS PFD

3.21EUR
-4.46% 
Ouverture théorique 0.00

BRPETRACNPR6 PJXB

Stuttgart données temps différé
Politique d'exécution
  • ouverture

    3.35

  • clôture veille

    3.36

  • + haut

    3.35

  • + bas

    3.20

  • volume

    5 700

  • valorisation

    0 MEUR

  • capital échangé

    0.00%

  • dernier échange

    19.06.18 / 16:01:20

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.00

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.00

  • Éligibilité

    Non éligible Boursorama

Autres places de cotation

Fermer
  • + Alerte

    Créer une alerte sur le cours de la valeur PETROBRAS PFD

    Fermer
  • + Portefeuille

    Ajouter PETROBRAS PFD à un portefeuille virtuel

    Fermer
  • + Liste

    Ajouter PETROBRAS PFD à mes listes

    Fermer

Brésil-Démission du ministre du Tourisme, Michel Temer fragilisé

Reuters17/06/2016 à 04:32
 (Actualisé avec déclarations du nouveau directeur général de 
Petrobras) 
    par Lisandra Paraguassu 
    BRASILIA, 17 juin (Reuters) - Le ministre brésilien du 
Tourisme, Henrique Eduardo Alves, visé dans l'enquête sur des 
faits de corruption liés à la compagnie pétrolière publique 
Petrobras  PETR4.SA , a démissionné jeudi. 
    Il est le troisième ministre du gouvernement mis en place 
par le président par intérim Michel Temer, qui a pris ses 
fonctions le 12 mai dernier, à démissionner pour son implication 
présumée dans l'affaire Petrobras, après le ministre du Plan 
Romero Juca et le ministre de la Transparence Fabiano Silveira. 
    Michel Temer a lui-même été mis en cause pour la première 
fois par un témoignage rendu public mercredi par la Cour suprême 
et a démenti toute implication.   
    Ex-sénateur centriste et ancien chef de la branche 
transports de Petrobras, Transpetro, Sergio Machado multiplie 
les aveux impliquant amis et alliés depuis qu'il est aux mains 
des autorités. Le ministre du Tourisme fait partie d'une 
vingtaine de responsables mis en cause par ses révélations. 
    Sergio Machado a rapporté que Henrique Eduardo Alves, 
parlementaire depuis une quarantaine d'années, avait sollicité 
une contribution à la campagne du Parti du mouvement 
démocratique brésilien (PMDB) d'un montant de 1,55 million de 
réals (400.000 euros).  
    La somme a selon lui été versée légalement par des groupes 
industriels, mais était le résultat de dessous-de-table sur des 
contrats avec Petrobras. 
    Henrique Alves a démenti les accusations et a déclaré 
mercredi soir que les contributions à ses campagnes avaient été 
faites dans les règles et avaient été déclarées aux autorités. 
     
    A L'APPROCHE DES J.O. 
    Le nouveau directeur général de Petrobras, Pedro Parente, 
nommé par Michel Temer pour redresser le groupe, très endetté, a 
assuré que l'enquête pour corruption continuerait avec le 
soutien total du conseil d'administration. 
    Pour sa première interview nationale à la télévision depuis 
sa prise de fonctions le 1er juin, Pedro Parente a déclaré à la 
chaîne GloboNews qu'une toute petite partie du personnel de 
Petrobras était responsable des faits de corruption découverts 
ces deux dernières années. Les employés, dans leur grande 
majorité, sont honnêtes, a-t-il dit. 
    La démission du ministre du Tourisme accroît encore les 
difficultés que connaît le ministère du Tourisme à l'approche 
des Jeux olympiques de Rio, qui s'ouvrent le 5 août. La campagne 
de marketing mondiale de l'événement a été repoussée de 
plusieurs mois à cause de la valse ministérielle que connaît 
Brasilia, avec la suspension de la présidente Dilma Rousseff. 
    "Je ne veux pas créer de gêne ou de difficultés pour le 
gouvernement", a dit Henrique Alves dans une lettre adressée au 
président par intérim, expliquant qu'il quittait ses fonctions 
pour mieux se défendre des accusations dont il fait l'objet. 
    Sergio Machado a également mis en cause Michel Temer 
lui-même, l'accusant d'avoir sollicité des fonds pour la 
campagne municipale du parti centriste de 2012 à Sao Paolo à 
travers un montage financier similairement lié à Petrobras, où 
le versement légal des sommes a été fait par le conglomérat 
industriel Queiroz Galvao. 
    Temer a rejeté les accusations de corruption à son égard, 
les qualifiant d'"irresponsables, ridicules, mensongères et 
criminelles" et a promis jeudi dans un discours à la nation que 
son gouvernement ne se laisserait pas détourner des réformes 
qu'il entend mener pour restaurer l'économie. 
         
    "UNE SUGGESTION INSENSÉE" 
    "Nous ne tolérerons pas les affirmations de cette nature", 
a-t-il dit dans le discours préparé à la hâte. "Une suggestion 
insensée comme celle-là peut perturber le travail du 
gouvernement. Mais je veux affirmer que rien n'entravera notre 
désir, notre mission et notre volonté de faire ce que le 
président doit faire, dès maintenant." 
    Les accusations apportent une lueur d'espoir pour la 
présidente suspendue Dilma Rousseff et ses alliés du Parti des 
travailleurs, qui accusent Michel Temer d'avoir organisé la 
procédure de destitution à son encontre pour masquer leur propre 
implication dans le scandale Petrobras. 
    Soupçonnée d'avoir manipulé les comptes publics pour 
faciliter sa réélection en 2014, Dilma Rousseff fera l'objet 
d'un procès en destitution au Sénat au mois d'août. 
    Sur les 55 sénateurs qui se sont prononcés le mois dernier 
pour sa suspension en vue du procès, plusieurs dizaines seraient 
maintenant indécis quant à l'idée de la condamner, rapportent 
les médias brésiliens. 
    Il suffirait qu'un petit nombre d'entre eux basculent et le 
camp de Michel Temer n'aurait plus les 54 voix nécessaires, soit 
deux-tiers des 81 sièges que compte le Sénat, pour faire 
condamner Dilma Rousseff. 
    Si elle est condamnée, ce que de nombreux experts prévoient, 
la présidente de gauche devra quitter définitivement ses 
fonctions et Michel Temer assurera l'intérim jusqu'aux 
prochaines élections, en 2018. 
    Cherchant à s'allier le plus grand nombre, Dilma Rousseff a 
proposé la semaine dernière l'organisation d'un référendum sur 
une éventuelle élection présidentielle anticipée si elle échappe 
à la procédure de destitution qui la vise.   
 
 (Jean-Stéphane Brosse et Julie Carriat pour le service 
français, édité par Danielle Rouquié) 
 

Valeurs associées

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.